Jazz sous les Pommiers en images : le concert loufoque et poétique de Théo Ceccaldi à la plage

Le violoniste de 35 ans, nommé artiste résident au festival normand Jazz sous les Pommiers, s'est produit samedi matin sur la plage lors d'un concert surprise. Sous les yeux des spectateurs et des promeneurs ébaubis.

Jazz sous les Pommiers en images : le concert loufoque et poétique de Théo Ceccaldi à la plage
Le batteur Cyril Atef a surgi du sable. Effet de surprise garanti, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Le soleil normand est de sortie sur la place d'Agon-Coutainville, dans la Manche. Les spectateurs, venus en nombre, s'allongent dans des transats, vue sur la mer. Ils ne savent pas à quoi s'attendre. Il faut dire que rien n'a été divulgué sur le concert de Théo Ceccaldi, à part le lieu, communiqué à la dernière minute. Le violoniste prend place sur l'arrière de la petite scène éphémère montée pour l'occasion. D'abord ténues, les notes de l'instrument commencent à se mêler à la petite brise qui souffle sur la plage et au bruit des vagues.

Et les spectateurs ne sont pas déçus de la surprise. De petites maracas pailletées, qui dépassent tout juste du sable, s'agitent frénétiquement. Au loin, une femme, vêtue d'une longue robe à strass et coiffée de bois de cerf, émerge des flots, tel une vénus des temps (très) modernes. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Marion Motin, Vénus des temps (très) modernes
Marion Motin, Vénus des temps (très) modernes, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
Le beau temps est de la partie, lunettes de soleil fortement recommandées
Le beau temps est de la partie, lunettes de soleil fortement recommandées, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Le violon se fait plus lancinant. Arrivée à la hauteur de la scène, la danseuse Marion Motin commence à se déhancher. Le bruit des maracas se fait plus insistant et tout à coup, des bras transpercent la couche de sable. Petits cris de surprise dans l'audience. Le batteur, Cyril Atef, short de bain vert fluo, s'extirpe de la fosse qu'il s'était creusée. Les deux artistes rejoignent la scène.

Des maracas qui bougent toutes seules ?
Des maracas qui bougent toutes seules ?, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
Non, c'est juste le batteur Cyril Atef qui s'est enterré dans le sable
Non, c'est juste le batteur Cyril Atef qui s'est enterré dans le sable, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
Le musicien s'extirpe tant bien que mal
Le musicien s'extirpe tant bien que mal, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Un concert impromptu tout droit sorti de l'imaginaire de Théo Ceccaldi. Le violoniste de 35 ans vient d'être nommé artiste résident à Jazz sous les pommiers, pour une durée de trois ans. Un statut privilégié, qui lui permet de laisser libre cours à sa créativité. Projet de médiation au sein d'une crèche, notamment, mais aussi des propositions plus fantasques, comme cette escapade musicale sur le littoral.

Cyril Atef et Marion Motin en pleine action
Cyril Atef et Marion Motin en pleine action, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
En tant que nouveau résident, Théo Ceccaldi peut laisser libre cours à sa créativité
En tant que nouveau résident, Théo Ceccaldi peut laisser libre cours à sa créativité, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

Bientôt, les rythmes de Cyril Atef, fondateur de Bumcello et batteur pour les plus grands, comme Louis Bertignac et M, s'intensifient. Les gestes de Marion Motin, passionnée de hip-hop et chorégraphe qui a mis son talent au service de Stromae et Christine and the Queens, prennent de l'ampleur devant les spectateurs hypnotisés. Spectacle incongru que cette improvisation d'un violoniste, affublé de lunettes de soleil, d'une danseuse désarticulée, et d'un batteur en maillot de bain. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies
Les spectateurs sont confortablement installés dans des transats
Les spectateurs sont confortablement installés dans des transats, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
Marion Motin se désarticule sous les vibrations lancinantes du violon
Marion Motin se désarticule sous les vibrations lancinantes du violon, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

D'autant plus insolite qu'autour, la vie continue, promeneurs et paddles en toile de fond. Marie-Christine est tombée par hasard sur le concert surprise. "Je me suis aplatie sur ma serviette pour ne pas déranger", confie celle dont le pied bat en rythme avec la musique : "Ce type d'initiative c'est très sympa et ça fait du bien de retrouver la musique après la période compliquée qu'on vient de traverser".

Marie-Christine, tombée sur le concert par hasard, s'allonge sur le sable pour en profiter
Marie-Christine, tombée sur le concert par hasard, s'allonge sur le sable pour en profiter, © Radio France / Louis-Valentin Lopez

A la fin du concert, les trois artistes se jettent à l'eau littéralement, sous les vivats des spectateurs conquis par l'expérience. Certains n'hésitent d'ailleurs pas à les rejoindre. Dans la précipitation, au retour de la baignade, Théo Ceccaldi est un peu dépité : "J'ai perdu mes lunettes de soleil dans l'eau". Les spectateurs, eux, en ont pris plein la vue.

Trois artistes assez courageux pour se jeter dans l'eau froide
Trois artistes assez courageux pour se jeter dans l'eau froide, © Radio France / Louis-Valentin Lopez
Mais la chaleur du public de Jazz sous les Pommiers compense
Mais la chaleur du public de Jazz sous les Pommiers compense, © Radio France / Louis-Valentin Lopez