James Levine juge « infondées » les accusations d’agressions sexuelles qui pèsent contre lui

Dans un communiqué publié sur le site du New York Times, le chef d’orchestre James Levine qualifie « d’infondées » les accusations d’agressions sexuelles qui ont été formulées à son encontre par quatre musiciens.

James Levine juge « infondées » les accusations d’agressions sexuelles qui pèsent contre lui
James Levine est accusé d'agressions sexuelle par quatre musiciens, © Getty / Hiroyuki Ito

James Levine a réagi aux accusations d’agressions sexuelles qui visent le chef d’orchestre et qui ont été révélées dans la presse il y a plusieurs semaines. Dans un communiqué publié sur le site du New York Times, le chef historique du Metropolitan Opera de New York (Met) déclare que ces accusations sont « infondées ». « Quiconque me connait peut témoigner du fait que je n’ai pas mené une vie d’oppresseur ni d’agresseur », ajoute -t-il.

Quatre musiciens ont témoignés à l’encontre du chef d’orchestre. Ils déclarent avoir été victimes d’abus sexuels de sa part, il y a plusieurs dizaines d’années, lorsqu’ils étaient encore mineurs.

« J’ai consacré mon énergie au développement, à l’évolution de la musique et des musiciens dans le monde entier », poursuit le chef dans le communiqué, avant de conclure, « mon plus grand espoir, c’est que le temps viendra où les gens comprendront la vérité et je pourrai ainsi continuer mon travail avec concentration et inspiration ».

Suspendu du Met, dont il était resté chef honoraire après son départ à la retraite en 2016, James Levine a rédigé ce texte juste après la parution des noms des chefs qui allaient le remplacer pour les prochaines productions de l’institution. Ce sera Marco Armiliato pour LeTrouvère et Bertrand de Billy pour Luisa Miller, deux opéras de Verdi. C’est Emmanuel Villaume qui le remplacera pour diriger la très attendue nouvelle production de Tosca à partir du 31 décembre prochain.