Jamais seul avec... Hervé Joulain, Vincent Leonard, Antoine Morisot et Jean-Paul Quennesson

Même confinés, nous ne serons jamais seuls grâce à la musique et aux musiciens. Hervé Joulain, Vincent Leonard, Antoine Morisot et Jean-Paul Quennesson, cornistes de l'Orchestre national de France, partagent avec nous cet instant musical.

Jamais seul avec... Hervé Joulain, Vincent Leonard, Antoine Morisot et Jean-Paul Quennesson
Jamais seul avec... Hervé Joulain, Vincent Leonard, Antoine Morisot et Jean-Paul Quennesson, © Radio France

Quel morceau avez-vous souhaité jouer aux auditeurs de France Musique ?

Hervé Joulain : J'ai choisi ce morceau car d'une part il devrait ouvrir le concert du National à la Philharmonie, dirigé par R. Muti le 5 avril dernier, mais aussi parce que le début de la symphonie de Bizet commence réellement par le pupitre de cors en mode A Capella!

Comment vivez-vous ce confinement ? Comment se déroulent vos journées ?

Hervé Joulain : Le confinement ne m'est pas difficile dans la pratique, car je jouis d'une propriété dans mon Poitou natal, et les conditions climatiques ensoleillées de cette année favorisent le bon moral. En revanche, l'annulation de tous mes concerts, qu'ils soient au sein de la Maison de la Radio, ou bien en soliste de par le monde, créent un mal-être quasi existentiel, car jamais expérimenté durant mes 33 années de métier. 

Si tous les matins sont dédiés à une séance technique rigoureuse mais plaisante, en revanche il m'est quasiment impossible de jouer des morceaux, y compris mes préférés, tant l'estomac noué m'enlève toute envie de chanter ou d'interpréter. En effet, pensant à la souffrance patente autour de moi (que ce soit en France ou bien dans ma deuxième patrie l'Italie), interpréter de la musique me semble superficiel et dénué de sens au regard de la gravité du moment. Même si la société a besoin de réconfort, cela m'est pour l'heure très difficile.

Vincent Léonard : J'ai la chance de vivre à la campagne dans le Gâtinais français où je ne souffre que très peu du confinement, j'observe la nature, les oiseaux de mon salon qui donne sur la rivière Juine ! Je travaille mon cor tous les jours avec passion, deux heures de technique le matin et différents morceaux l'après-midi, je viens d'acquérir un nouvel instrument alors c'est très motivant !

Quelles musiques écoutez-vous en ce moment ?

Vincent Léonard : Je vous conseil d'écouter un opéra, de vous emmener dans le monde enchanté du Freischütz de Weber dans la merveilleuse version de Carlos Kleiber avec le choeur de Leipzig et la Staatskapelle de Dresde...

Hervé Joulain : vues les inquiétudes de nos concitoyens, je ne saurais qu'encourager d'écouter le matin les symphonies de Mozart par Joseph Krips et le Royal Concertgebouw d'Amsterdam, parues chez Decca. Il s'agit de l'intégrale, donc cela vous portera 41 jours plus en avant dans votre confinement ! La qualité, l'interprétation, le son, vous donneront la pêche pour commencer votre journée...

Nous venons également de perdre un grand compositeur de notre temps. Il s'agit de Krzystof Penderecki que j'ai eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises. Pour des moments intimistes, je conseillerai l'écoute de son extraordinaire Sextuor, que j'ai eu la chance d'enregistrer pour le label Fuga Libera avec l'ensemble Kheops.

Un livre ?

Vincent Léonard : Un livre me plait beaucoup énormément aussi, il s'agit " Du pouvoir du moment présent" d'Eckhart Tolle qui permet un merveilleux travail sur soi et amène une grande sagesse !

Un film ?

Hervé Joulain : Mon film coup de cœur s'intitule Soleil Vert, de Richard Fleischer et date de 1974. Inquiétant, ce long-métrage contient selon moi une singulière et touchante association d'images sur de la musique classique, me tirant sans exception les larmes. Le scénario futuriste se passe en 2022, nous y sommes...

Vincent Léonard : « La planète bleue » qui est une ode à notre belle planète, prenons conscience qu'il faut faire autrement pour protéger ce joyau !

Retrouvez toutes les vidéos « Jamais seul avec... » sur francemusique.fr