Inauguration de la salle Pierre Boulez à Berlin

Berlin se dote d’un nouvel écrin pour la musique classique. La Salle Pierre Boulez, créée à l’initiative du chef israélien Daniel Barenboïm, et dessinée par l’architecte Frank Gehry, ouvre ses portes ce week-end, avec un concert d’ouverture (samedi soir) dirigé par Daniel Barenboïm.

Inauguration de la salle Pierre Boulez à Berlin
Inauguration de la salle Boulez à Berlin , © AFP

Un lieu à taille humaine… C’est ce qui frappe de prime abord lorsque l’on entre dans cette salle en forme d’ellipse, imaginée par l’américain Frank Gehry. Conçue pour accueillir jusqu’à 700 spectateurs, la salle Pierre Boulez parait pourtant beaucoup plus petite. Mena Mark Hannah fait partie de l’intendance :

« Ce que vous voyez ici, cette salle modulable, c’est presque comme l’intérieur d’un violoncelle. J’ai l’impression d’être assis dans un instrument. Et j’aime à penser qu’il s’agit de la première vrai salle de musique de chambre à Berlin. Le seul lieu comparable, c’est la Philharmonie, qui peut accueillir 1200 spectateurs. Ici, c’est la configuration idéale pour la musique de chambre ».

C’est au maitre des lieux, Daniel Barenboim, que revient l’honneur d’inaugurer la salle ce week-end à la tête de l’Ensemble Boulez. L’orchestre et la salle sont un hommage au grand compositeur et chef d’orchestre français Pierre Boulez. Une figure majeure du XXe siècle pour Daniel Barenboim, qui promet une programmation audacieuse :

« Dans la plupart de nos concerts, peut-être pas tous mais le plus souvent possible, il y aura une œuvre classique, une œuvre contemporaine (cela pourra être une commande, mais pas obligatoirement), et enfin un classique du XXe siècle : Schönberg, Bartok, Stravinsky, ou Ravel ».

A l’affiche de cette première saison, des grands noms comme les pianistes Lang Lang et Martha Argerich ou encore le guitariste de jazz John Mc Laughlin. Mais la salle Pierre Boulez servira aussi de vitrine à la Saïd Academie… Lancée par Daniel Barenboim et qui réunit des jeunes musiciens du Proche Orient et du Maghreb. Stefan Wolmann est l’un des responsables de l’académie :

« Un lieu de débat, d’échange et d’ouverture, c’est ainsi que Pierre Boulez imaginait la salle de concert idéale, lui qui regrettait que les grandes institutions de la musique classique… Ressemblent un peu trop à des restaurants étoilés. »

Écoutez

La Matinale 16-17 - REPORTAGE SALLE BOULEZ BERLIN ok