Il y a 200 ans naissait Adolphe Sax, inventeur du saxophone

Le 6 novembre 1814 naissait à Dinant (Belgique) Antoine-Joseph Sax, connu sous le nom d’Adolphe Sax, célèbre inventeur du saxophone.

Il y a 200 ans naissait Adolphe Sax, inventeur du saxophone
adolphe sax sculpture mea 603 380

Né le 6 novembre 1814 à Dinant (Belgique), et mort le 7 février 1894 à Paris, Adolphe Sax – de son vrai nom Antoine-Joseph Sax - reçoit tout d’abord une formation de musicien : flûtiste et clarinettiste, il apprend également l’harmonie. C’est donc tout d’abord pour la clarinette qu’il travaille, s’illustrant en 1835 lors de l’Exposition nationale des produits de l’industrie belge, à Bruxelles, grâce à une clarinette en buis à 24 clefs, puis par son premier brevet, en 1838, pour un nouveau système de clarinette basse.

Ce premier brevet inaugure la carrière de facteurs d’instruments d’Adolphe Sax. En 1841, le belge annonce la création d’un nouvel instrument appelé saxophone, mais il faudra attendre l’Exposition universelle de 1849, à Paris, pour la présentation de la famille entière des saxophones. Adolphe Sax vit alors à Paris depuis 1843, date à laquelle il ouvre une fabrique d’instruments dans la capitale.

Le brevet du saxophone
Le brevet du saxophone

Le succès de l’instrument est particulièrement amplifié par le compositeur Hector Berlioz, auteur d’un article sur Adolphe Sax dans le Journal des Débats. Hector Berlioz composa d’ailleurs la toute première œuvre comportant un saxophone : Chant sacré (ou Hymne Sacré ), dont la partition est disparue, et qui était sans doute la transcription d’une œuvre vocale du compositeur.

Si les instruments d’Adolphe Sax sont utilisés par de nombreux autres compositeurs, comme Halévy dans son opéra Le Juif Errant (qui comporte un quatuor de saxophones), ou Verdi pour la marche de son opéra Jérusalem, le succès entraîne aussi bon nombre d’inconvénients. Ses nombreux concurrents s’organisent dès le milieu des années 1840 pour discréditer son travail, ou lui voler ses inventions.

Dans un contexte politique tourmenté (Révolution de 1848, coup d’Etat de 1851, Guerre de 1870, Commune de Paris…), Adolphe Sax multiplie les faillites : en 1852, 1873 et 1877. Une situation paradoxale, lorsque l’on sait que l’inventeur du saxophone reçut la Council Medal à l’exposition universelle de Londres en 1851, et même le Grand Prix de facture instrumentale à l’exposition universelle de Paris, en 1867. On peut lire l’étrangeté de cette situation sous la plume de son défenseur Hector Berlioz, qui résume ainsi la situation :

« Croirait-on que ce jeune et ingénieux artiste a mille peines à se faire jour et à se maintenir à Paris ? On renouvelle contre lui les persécutions dignes du Moyen-Âge at qui rappellent exactement les faits et gestes des ennemis de Benvenuto, le ciseleur florentin. On lui enlève ses ouvriers, on lui dérobe ses plans, on l’accuse de folie, on lui intente des procès avec un peu d’audace, on l’assassinerait » (lettre d’Hector Berlioz à Mlle Louise Bertin)

Pour aller plus loin :

Sur le même thème