Henry Purcell forever !

Dido and Aeneas, Music for a while, Abdelazer… Henry Purcell a signé de très belles pages de musique, écoutons-les sur francemusique.fr.

Henry Purcell forever !
purcell à lunettes en coeur mea 603 380

Nul besoin d’attendre une date d’anniversaire pour célébrer la musique d’Henry Purcell. France Musique propose à la réécoute deux magnifiques concerts et bon nombre d’émissions pour apprécier à sa juste valeur le génie de ce compositeur prolixe.

Commençons en bonne compagnie, avec Les Arts Florissants dirigés par Paul Agnew, pour un florilège d’œuvres vocales interprétées par Brian Cummings, Nicholas Scott, ou encore Pierre Bessière. Parmi ces œuvres, on retrouve notamment le psaume Hear my prayer O Lord et le si délicat Rejoice in the Lord alway. Le concert est disponible à la réécoute jusqu’au 15 juin.

Pour poursuivre l’exploration de l’œuvre vocale de Purcell, un détour est possible par l’actualité discographique. En mars dernier, Emilie Munera a fait de l’enregistrement de La Fenice (direction Jean Tubery) son coup de cœur. De nombreuses autres petites pièces vocales sont à découvrir dans l’émission « Les joueurs de quartes », présentée par François-Xavier Szymczak. Citons, entre autre, les pièces Sweetness of nature, ou encore Weep no more, sad fountains, interprétée par la mezzo Anne Sofie von Otter.

S’il est aussi une œuvre d’Henry Purcell particulièrement connue, non seulement dans sa version originale, mais plus encore dans la réorchestration qu’en fit Benjamin Britten, c’est bien le rondeau d’Abdelazer or the Moor’s revenge, très largement popularisé par le Young Person’s Guide of the Orchestra de Britten. La reprise de ce thème fut utilisée par le réalisateur Wes Anderson pour l’ouverture de son film Moonrise Kingdom.

Très élégante et élancée, la musique de Purcell se prête à l’accompagnement de l’image. L’œuvre du compositeur est d’ailleurs marquée par le théâtre, et plus particulièrement par WilliamShakespeare. Deux pièces de style masque (mélange entre opéra et théâtre, très populaire dans l’Angleterre puritaine du XVIIe siècle) ont pour objet une pièce de théâtre de Shakespeare : The Fairy Queen, adaptation du Songe d’une nuit d’été, et The Tempest, d’après la pièce éponyme. C’est justement cette dernière que France Musique a choisi de diffuser dernièrement : Philip Pickett dirige le New London Consort, et la réécoute du concert est disponible jusqu’au 1er juin.

Aux côtés des élans majestueux, Henry Purcell est l’auteur de page dramatiques d’une rare intensité. Solennelle et propice au recueillement, Music for the Queen Mary a fait l’objet d’une émission « comme si vous y étiez » par Jérémie Rousseau, sous le titre « Purcell pleure sa reine ». Une tristesse que l’on retrouve, bien palpable, dans le When I am Laid in Earth de Didon et Enée, et qui peut procurer les sentiments les plus vifs, surtout lorsque Pina Bausch en réalise une chorégraphie…

BONUS : deux heures 100% Purcell dans la nocturne "King Henry" programmée par Olivier Le Borgne.

Sur le même thème