Harmonisation d’un orgue : comment ça marche ?

Mis à jour le vendredi 07 août 2015 à 11h30

Depuis une semaine, l’orgue de la Maison de la Radio est en pleine harmonisation. Fabriqué à Barcelone dans les ateliers Gerhard Grenzing, l’instrument a été installé dans l’Auditorium de Radio France en décembre dernier et doit être harmonisé avant de pouvoir être joué.

Harmonisation d’un orgue : comment ça marche ?
©G.D. / Radio France

Sur les portes d’accès à l’Auditorium de la Maison de la Radio, une pancarte indique : Harmonisation de l’orgue. Accès interdit. Depuis une semaine, seules trois personnes peuvent y entrer : Mario, André et Emma. Le trio est chargé d’harmoniser l’instrument avant la fin octobre.

André est perché dans les hauteurs de l’orgue. Il se faufile entre les tuyaux et prend place à côté de ceux qu’il faut travailler. Avec un marteau et une pince, il agrandit ou rétrécit une ouverture appelé la « lumière », ce qui permet de modifier le son. La plupart du temps, quelques millimètres suffisent. Ce travail minutieux est effectué sur chacun des 5336 tuyaux de l’instrument.

flickrit.com

Pour l’aider, Emma, organiste à Paris, est assise derrière le clavier. Elle joue les notes qui correspondent aux tuyaux qu’André retravaille, juste au dessus d’elle. Emma est une associée des ateliers *Gerhard Grenzig * qui ont fabriqué l’instrument. Grâce à ces ateliers, elle a découvert le travail d'harmoniste :

« C’est Monsieur Grenzig qui m’a donné le goût de l’harmonisation. L’harmoniste c’est un vrai sculpteur : il sculpte l’espace avec le son. J’admire ce travail là. L’harmoniste est un vrai artiste, un poète sculpteur. Et c’est aussi un travail complexe, qui peut être difficile parce qu’il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte. »

Un autre harmoniste vient compléter le trio. Il s’agit de Mario, qui est installé dans les gradins de l’Auditorium. Son rôle est d’écouter les notes jouées par Emma et qu’André modifie avec ses outils. A trois, ils doivent trouver le son parfait, c'est-à-dire un son qui s’adapte à la salle, qui est à la bonne tonalité, et qui sonne bien. Le challenge est de taille, d’autant plus que l’auditorium présente une configuration particulière, comme le souligne André :

« Ici la grande difficulté c’est que l’orchestre joue au milieu de la salle. L’orchestre a une projection fantastique, mais l’orgue et dans une sorte de chambre, donc il faut arriver à faire sortir le son de cette chambre et avoir une qualité de son et une présence sonore qui égale à celle de l’orchestre. »

Pour harmoniser en parfaite adéquation avec l’Auditorium de Radio France tous les tuyaux de l’orgue, il faudra à l’équipe près de trois mois de travail. L'instrument sera prêt fin octobre, mais ne sera joué en public que le 10 décembre lors d'un concert où sera donnée la *symphonie n°3 "avec orgue" * de Camille Saint-Saëns.

* Sur le même thème *