Disparition de George Mraz, contrebassiste de jazz

Le contrebassiste George Mraz s’est éteint jeudi 16 septembre à l’âge de 77 ans. Il avait joué avec les plus grandes personnalités du jazz depuis le début des années 1970, se faisant reconnaître pour sa perfection technique et sa remarquable musicalité.

Disparition de George Mraz, contrebassiste de jazz
Le contrebassiste George Mraz s’est éteint jeudi 16 septembre à l’âge de 77 ans. Il avait joué avec les plus grandes personnalités du Jazz depuis de débuts des années 1970, se faisant reconnaître pour sa perfection technique et sa musicalité, © Getty / Photo by National Jazz Archive/Heritage Images/Getty Images

C'est la femme de George Mraz, Camilla Mraz, qui a annoncé la mort de son mari sur les réseaux sociaux, ce 16 septembre, publiant simplement une photo en noir et blanc du musicien, avec pour tout commentaire la date de sa naissance et celle de sa mort. Depuis, le monde du jazz regrette celui qui, au cours de plus de 50 années de carrière, s'était imposé comme le contrebassiste indispensable par sa virtuosité et sa musicalité.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies

Né le 9 septembre 1944 dans ce qui allait devenir la Tchécoslovaquie, George Mraz s’initie au jazz en écoutant par hasard la radio. Il étudie d’abord le saxophone alto puis le violon avant de découvrir la contrebasse au conservatoire de Prague et de débuter en jouant le soir à Prague puis à Munich. Il émigre aux États-Unis en 1968 pour continuer son apprentissage à la Berklee School of Music. Il devient rapidement l’un des contrebassistes les plus demandés par les stars de cette période : Dizzy Gillespie, Oscar Peterson (qu’il suit pendant deux années en tournée), Ella Fitzgerald, Charles Mingus ou encore le saxophoniste Stan Getz. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Entre 1972 et 1976, il est membre du Thad Jones/Mel Lewis Orchestra à New-York. Puis, au cours des années 1980, il joue avec Hank Jones, Chet Baker, Warne Marsh, Carmen McRae ou encore Phil Woods. Habitué à accompagner des musiciens, il avait tenté plusieurs fois de prendre lui-même la tête d’un groupe sans y parvenir tout à fait comme il l’expliquait : « J'ai toujours voulu faire mes propres projets mais je n’en ai jamais eu l’occasion ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Il avait pourtant continué à se produire, notamment avec sa femme Camilla Mraz, elle-même pianiste, avant qu’une opération du pancréas  avec de nombreuses complications ne le laisse très affaibli en juillet 2016. Musicien virtuose, au son généreux, il était capable de s’adapter à tous les styles et savait se faire apprécier par son mélange d'humour et de modestie.