Fréquentation record pour l’édition 2020 de la Folle Journée de Nantes

Avec plus 140.000 billets vendus, l’édition 2020 de la Folle Journée de Nantes dédiée à Beethoven a enregistré un taux de fréquentation record de 97%.

Fréquentation record pour l’édition 2020 de la Folle Journée de Nantes
L' Orchestre de chambre Nouvelle-Aquitaine à la Folle Journée de Nantes, © AFP / Loic Venance

La Folle Journée de Nantes a enregistré un nouveau record de fréquentation avec plus de 140.000 billets vendus lors de sa 26e édition, consacrée à Beethoven, ont annoncé dimanche les organisateurs.

« 140.050 ont été vendus sur les 144.195 billets à vendre, soit 97% de taux de fréquentation », ont annoncé les organisateurs à l'AFP en clôture du festival qui s'est tenu sur cinq jours, du 29 janvier au 2 février.

Au total l'édition de cette année a attiré « plus de 150.000 spectateurs dont 10.000 scolaires », ont-ils ajouté, « c'est clairement une édition record. Le taux de fréquentation était de 95% l'année dernière ». 

Le thème de la 27e édition qui se tiendra l'année prochaine a également été dévoilé: elle sera consacrée aux « compositeurs russes ».

Le marathon Beethoven 

Alors que 2020 marque le 250e anniversaire de la naissance de Beethoven, « l'un des plus grands génies de la civilisation occidentale », déclare René Martin, directeur artistique de la Folle Journée, cette édition proposait un « véritable marathon », autour de l’œuvre du compositeur allemand. 271 concerts ont réuni en tout 1.800 artistes pour le festival. « Nous avons présenté quasiment l'intégralité de l’œuvre musicale de Beethoven », ont précisé les organisateurs dans un communiqué.

« Presque toute sa musique a été proposée, faisant déferler les chefs d’œuvre comme des pièces moins familières : intégrales de la musique pour piano (dont les trente-deux sonates, les variations...), des neuf symphonies, concertos pour piano, violon, triple concerto, de la musique de chambre », ont-ils rappelé. « Le piano, les symphonies, les créations contemporaines et le projet deFélicien Brutont particulièrement bien marché », ont noté les organisateurs.

« On a eu une fréquentation assez forte, avec des propositions artistiques transverses à retenir, le spectacle dePascal Amoyel, Looking for Beethoven, qui a permis de rentrer dans la surdité du personnage et d'avoir une grille de lecture de Beethoven. On sent cette année une forme de plaisir et de magie retrouvée », a noté Joëlle Kerivin directrice générale du festival.

Un festival « écoresponsable »

Le festival s’est également lancé dans une « démarche écoresponsable », saluée par le public, avec l'abandon des bouteilles plastiques. Plus de 3.000 gourdes ont été distribués aux artistes, et le festival proposait une restauration sans plastique, et un nombre réduit de programmes papiers.

Le festival essaime également à l'étranger, une édition de la Folle Journée sera organisée au Japon en mai, à Ekaterinbourg, en Russie, en juillet et à Varsovie en septembre.