Frayeur aux Chorégies d’Orange, deux chanteurs en difficulté sur une nacelle

La première de l’opéra Mefistofele de Boito aux Chorégies d’Orange restera gravée dans les annales du festival. Outre les critiques qui s’accordent presque toutes a louer la réussite du spectacle, un incident spectaculaire a fait craindre le pire pour les deux rôles masculins principaux.

Frayeur aux Chorégies d’Orange, deux chanteurs en difficulté sur une nacelle
Jean-François Borras (à gauche), Béatrice Uria-Monzon et Erwin Schrott dans Mefistofele de Boito aux Chorégies d'Orange, © Philippe Gromelle

Les amateurs d’art lyrique le savent, l’opéra est un spectacle total qui procure d’intenses émotions. Des émotions, le Mefistofele de ArrigoBoito qui a ouvert cette édition 2018 des Chorégies d’Orange jeudi 5 juillet, n'a pas manqué d'en susciter. Et pas uniquement en raison de la qualité de la production. Dans une scène du premier acte, Erwin Schrott (Mefistofele) et Jean-François Borras (Faust) grimpent dans une nacelle qui doit ensuite s’élever dans les airs. Problème, la nacelle a commencé à s’incliner, puis à dangereusement vaciller, faisant craindre que les câbles cèdent et fassent chuter les artistes de plusieurs mètres de haut. 

Les deux chanteurs se sont agrippés comme ils ont pu au garde-corps de la nacelle. Le baryton-basse uruguayen Erwin Schrott s’est déplacé rapidement pour tenter de contrebalancer les oscillations et s’est même fendu d’une petite plaisanterie pour dédramatiser la situation. Une scène impressionnante qui a fait frissonner les quelques 7 000 spectateurs présents ce soir-là dans le Théâtre antique d’Orange. 

Heureusement, quelques longues secondes plus tard. La nacelle a retrouvé un semblant d’équilibre et est lentement descendue pour libérer les deux chanteurs. La frayeur leur a valu un tonnerre d’applaudissement de la part du public soulagé. Grands professionnels, Erwin Schrott et Jean-François Borras ont poursuivi le spectacle sans rien laisser paraître. La nacelle a d’ailleurs été utilisée sans problème pendant le deuxième acte. 

Selon Jean-Louis Grinda, directeur des Chorégies d’Orange et metteur en scène de cette production, l’incident serait lié à une erreur de manipulation d’un machiniste. Il a tenu à faire part de son « admiration pour les deux chanteurs bloqués à plusieurs mètres de hauteur […] et qui ont repris le spectacle après comme si de rien n’était avec une pêche absolument fantastique ». Une deuxième représentation de Mefistofele a lieu ce lundi 9 juillet dans le Théâtre antique d'Orange, toujours avec l'Orchestre philharmonique de Radio France, dirigé par Nathalie Stutzmann, mais sans la nacelle cette fois-ci.