Françoise Nyssen pointe du doigt le manque de femmes dans le domaine musical

A l'occasion d'une journée de débats sur l'égalité femmes-hommes et la diversité dans le champ musical, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a affirmé son engagement en faveur d'une plus grande visibilité des femmes dans le domaine musical.

Françoise Nyssen pointe du doigt le manque de femmes dans le domaine musical
La ministre de la Culture Françoise Nyssen a affirmé son engagement en faveur d'une meilleure visibilité des femmes dans le domaine musical, © AFP / Bertrand Guay

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a affirmé mardi 10 juillet son engagement en faveur d'une plus grande représentation des femmes dans le domaine musical, déplorant qu'elles ne représentent que 9% des compositeurs de la Sacem et 3% des chefs d'orchestre. Lors d'un discours donné dans le cadre du Festival d'Aix-en-Provence, la ministre a annoncé la labellisation d'un septième Centre national de création musicale (CNCM), le théâtre Athénor de Saint-Nazaire, dirigé par Brigitte Lallier-Maisonneuve.  

Celle-ci devient la première femme à la tête d'un CNCM, dont la mission est de soutenir l'écriture et la conception d’œuvres musicales.  La ministre a également annoncé avoir confié une mission à Laurence Equilbey, directrice musicale du choeur Accentus, pour accompagner la création de pôles de référence pour le développement de l'art vocal dans tout le pays. La cheffe d'orchestre a aussi été chargée d'aider à constituer un répertoire commun pour les chorales que le ministère veut créer dans chaque école à l'horizon 2019.  

Françoise Nyssen a indiqué qu'il n'y avait que 12% de femmes à la tête des Scènes de musique actuelle et que les femmes bénéficiaient de seulement 16% des aides à l'écriture des œuvres musicales. Sur la période 2010-2017, seuls 8% des lauréats des Victoires de la Musique étaient des femmes dans la catégorie « meilleur album », a-t-elle souligné. « Ces chiffres nous obligent », a déclaré la ministre, rappelant avoir pris des engagements en la matière, avec 500 000 euros pour le rattrapage des inégalités salariales au sein du ministère et un objectif de 50% de femmes à la tête des établissements publics culturels à l'issue du quinquennat. 

Elle a exhorté les acteurs culturels à l'action, en fixant des objectifs de progression notamment en matière de programmation pour une meilleure visibilité des artistes femmes, et un système de « malus » sur les subventions pour ceux qui ne respectent pas leurs obligations. La ministre a par ailleurs voulu répondre aux « interrogations sur le Centre national de la musique », qui pourrait voir le jour début 2019, en précisant que ce CNM « assurera la gestion du soutien économique pour les musiques actuelles et la musique enregistrée uniquement ». Le ministère « restera en pilotage exclusif des aides et des politiques publiques » pour les musiques classiques.

avec AFP