Folle Journée 2014 : il faut savoir tourner la page

Pour ses 20 ans, la Folle Journée s'offre le luxe de programmer pas moins de 270 concerts. Les artistes et le public enchaînent les représentations à un rythme effréné dans une logistique pharaonique. Parmi les bénévoles, il y a ceux qui assurent l'accueil des musiciens, le contrôle des billets ou encore le vestiaire. Mais il y en a d'autres auxquels on ne pense pas forcément mais qui sont pourtant sur scène : les tourneurs de page.

Folle Journée 2014 : il faut savoir tourner la page
Claire-Marie Le Guay et Guillaume, son tourneur de page (© Victor Tribot Laspière, Radio France)

Accrochée à son téléphone, Michèle essaie désespérément de régler un problème de planning. Un musicien, qui n'était pas prévu, a finalement demandé l'aide d'un tourneur de pages pour son concert du soir. Michèle, depuis 20 années en charge de leur gestion, tente de trouver qui pourrait s'en occuper parmi ses quinze protégés. Tous sont étudiants au Conservatoire de Nantes, condition sine qua none pour pouvoir être recruté. L'ancienne professeure qui a enseigné dans le même établissement doit s'assurer que les candidats sauront se montrer à la hauteur. La tâche pourrait paraître aisée mais il n'en est rien. Calmes, réactifs et très bons en lecture, voilà ce qu'elle attend d'eux. Il s'agit d'un pacte de confiance qu'ils "signent" avec l'artiste.

Michèle dirige une équipe de 15 tourneurs de page (© Victor Tribot Laspière, Radio France)
Michèle dirige une équipe de 15 tourneurs de page (© Victor Tribot Laspière, Radio France)

{% embed soundcloud %} Sagement assis à côté de la pianiste Claire-Marie Le Guay, Guillaume, 26 ans et étudiant en direction de choeur au Conservatoire de Nantes, scrute avec attention les moindres notes de la partition. L'artiste et le tourneur de pages sont en répétition trente minutes seulement avant le début du concert. A quel moment tourner? Deux mesures avant la fin, une seule? Ou alors à la fin de l'avant-dernière portée? Autant de questions que le duo s'applique à régler avant la représentation. Bien qu'il s'agisse de sa deuxième année en tant que tourneur de pages, Guilllaume se sent encore un peu tendu.

{% embed soundcloud %} Le stress, les artistes le subissent inévitablement avant le début d'un concert, mais le réglage avec le tourneur de pages peut aussi en rajouter une couche. Claire-Marie Le Guay a besoin de "sentir la confiance s'établir entre les deux personnes ". Elle estime que c'est une "mission très difficile " et pour celui qui tourne les pages, et pour le musicien. La pianiste se souvient d'ailleurs en souriant qu'un de ses assistants était tellement emporté par la musique qu'elle jouait qu'il en avait oublié de tourner les feuilles de la partition. "Perturbant mais très émouvant à la fois " .

{% embed soundcloud %}

(© Guillaume Decalf, Radio France)
(© Guillaume Decalf, Radio France)

Pour Claire Désert, les pianistes ont tous connu tellement d'anecdotes avec des tourneurs de pages qu'il y aurait de quoi en écrire un livre. Notamment celle-ci dont elle se souvient : "La personne était tellement heureuse de reconnaître l'air que je jouais qu'elle l'a chantonné pendant l'intégralité du morceau. C'était très touchant mais pas très à-propos" conlut-elle dans un grand éclat de rires.

{% embed soundcloud %} Mais malgré la pression que peuvent ressentir les tourneurs de pages, tous le font avec un grand plaisir puisqu'ils peuvent assister à de nombreux concerts, approcher les artistes et surtout nouer des contacts avec eux. Michèle le confirme. Depuis 20 ans qu'elle est bénévole à la Folle Journée, plusieurs tourneurs de pages se sont retrouvés à jouer avec les artistes qu'ils assistaient.

Sur le même thème