Aix 2020, un festival ancré dans le temps présent

Pierre Audi a dévoilé l'édition 2020 du festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence. Une programmation ancrée dans le temps présent avec Wozzeck de Berg et Le Coq d'or de Rimski-Korsakov et la création mondiale d'un opéra écrit par la compositrice finlandaise Kaija Saariaho.

Aix 2020, un festival ancré dans le temps présent
La compositrice finlandaise Kaija Saariaho présentera Innocence, un opéra en création mondiale pour l'édition 2020 du festival d'Aix-en-Provence, © AFP / Philippe Merle

Casting de stars et programmation audacieuse pour cette édition 2020 du festival d'Aix-en-Provence. Pour sa deuxième programmation depuis qu'il a pris la direction de la manifestation lyrique, Pierre Audi a choisi de poursuivre dans sa lancée : présenter des œuvres encore jamais données à Aix et mettre en relation des stars de l'opéra avec des jeunes talents. 

Deux opéras majeurs feront leur entrée au répertoire. Wozzeck d'Alban Berg, qui aurait dû être montré en 2003 si le festival n'avait pas été annulé cette année-là, dans une mise en scène signée Simon McBurney, acteur de théâtre et de cinéma. Dans la fosse, Sir Simon Rattle dirigera son ensemble, le London Symphony Orchestra qui débutera ainsi une résidence de trois ans à Aix. Sur scène, le baryton Christian Gerhaher tiendra le rôle-titre, « le plus grand Wozzeck vivant, un artiste comme on en trouve cinq tous les 100 ans » selon Pierre Audi. 

Autre entrée au répertoire, Le Coq d'or de Nikolaï Rimski-Korsakov dans une mise en scène du très prisé Barrie Kosky. Sur la scène Sabine Devieilhe et Dmitry Ulianov, dans la fosse l'Orchestre national de Lyon sous la baguette d'Aziz Shokhakimov, « jeune talent prometteur » affirme Pierre Audi. 

Tradition oblige, Mozart sera bien présent au programme du festival d'Aix 2020 avec Cosi fan tutte dont la relecture a été confiée au souvent provocateur Dmitri Tcherniakov. Le metteur en scène russe a choisi de faire porter l'action par des couples mûrs, dont les chanteurs auront le rôle de leurs personnages. Les chanteurs Véronique Gens, Claudia Mahnke, Richard Croft, Russel Braun, Georg Nigl et Nicole Chevalier sont à l'affiche. Le chef allemand Thomas Hengelbrock et son Balthasar Neumann Ensemble feront leurs débuts à Aix. 

Kaija Saariaho, première femme à créer un opéra pour le festival 

L'autre événement phare de cette édition 2020, c'est la création mondiale de Innocence, un opéra-thriller confié à la compositrice finlandaise Kaija Saariaho. Le livret original, écrit par sa compatriote romancière Sofi Oksanen, décrit les fantômes du passé qui viennent hanter un banquet de mariage. 13 solistes chanteront dans 9 langues différentes. Une réflexion sur les idiomes inspirée par la propre expérience de Kaija Saariaho. « Dans ma vie de tous les jours, je dois jongler entre plusieurs langues, explique la compositrice qui vit en France. Et je me suis aperçue que ma musique était influencée par l'utilisation de ces langues. Chaque personnage a sa propre langue et donc sa propre écriture musicale ».

C'est la première fois qu'une femme compose un opéra pour le festival d'Aix. Avec Innocence, programmé dans le Grand Théâtre de Provence, Pierre Audi espère taper un grand coup, comme cela avait le cas pour Written on Skin de George Benjamin, présenté en 2012 et qui avait fait date dans le monde lyrique. Co-produit avec cinq maisons d'opéras internationales, l'opéra est mis en scène par l'Australien Simon Stone. « C'est aussi notre responsabilité de s'assurer que les œuvres voyageront après le festival et continueront à rayonner sur le plan international » explique Pierre Audi. 

Pierre Audi signe là une programmation d'aujourd'hui. « On m'associe souvent au mot modernité. Je refuse cela. Pour moi, l'opéra est un art contemporain. Et il ne l'a jamais été autant depuis que je connais ce milieu. Si je ne pensais pas cela, je ne ferais pas ce métier » plaide le directeur d'Aix. 

Côté baroque, deux opéras de Monteverdi seront présentés : Le Couronnement de Poppée, mis en scène par Ted Huffman et L'Orfeo en version de concert. Les deux œuvres seront interprétées par les musiciens de la Cappella Mediterranea, dirigée par Leonardo Garcia Alarcon. « Ce programme est équilibré. En 72 ans, le festival a évolué, il y a eu des périodes bel canto, d'autres plus baroques, c'est une histoire riche, il faut la maintenir », a résumé Pierre Audi.

Le directeur a également insisté sur le fait de mettre plus en valeur les concerts. Le London Symphony Orchestra et Sir Simon Rattle seront au programme, avec notamment un cycle Saariaho. Le chef britannique et son ensemble seront également au programme d'Aix en juin, un festival qui préfigure celui de juillet, entièrement gratuit. Les spectateurs pourront écouter le LSO lors d'un concert intitulé Parade(s), donné sur le cour Mirabeau avec de la musique de Gershwin. 

La soprano Sabine Devieilhe donnera également un récital dédié à Mozart et Strauss. A noter aussi, le retour du contre-ténor star Jakub Jozef Orlinski, dont la carrière avait explosé suite à une vidéo captée par France Musique lors de l'édition 2017 du festival.