Etats généraux des festivals, établir un nouveau cadre de concertation et de dialogue

Les États généraux des festivals promis par Roselyne Bachelot-Narquin se tenaient les 2 et 3 octobre. 5 millions d'euros supplémentaires enrichiront l'enveloppe destinée au fonds festival, doté de 10 millions d'euros.

Etats généraux des festivals, établir un nouveau cadre de concertation et de dialogue
Roselyne Bachelot-Narquin, © Getty

Il est difficile d’en faire un décompte exact tant ils foisonnent sur notre territoire : une juste évaluation du nombre des festivals en France les situerait entre 3000 et 6000. Les États généraux des festivals promis dès son arrivée rue de Valois par la ministre de la Culture Roselyne Bachelot-Narquin se sont tenus les 2 et 3 octobre en Avignon : « l’une des premières traductions concrètes » de son engagement «au service des artistes et des territoires», affirmé à l’occasion de la passation ministérielle.

Saluant l’inventivité des festivals pour s’adapter à la crise sanitaire et leur remarquable rigueur grâce à laquelle aucun foyer de contamination n'a été déploré à leur endroit, la Ministre a insisté sur le rôle structurant de ces manifestations dans la vie des territoires. La suspension pour nombre d’entre elles a provoqué un choc économique, culturel et artistique, appelant des mesures d’urgence. Parmi elles, la prolongation en 2021 du fonds festival confié aux DRAC pour sa mise en œuvre : les 10 millions d’euros initiaux ont été enrichis d’une nouvelle enveloppe de 5 millions, destinée à l’accompagnement des structures les plus touchées par la crise sanitaire.

Au-delà des mesures d’urgence, la Ministre a pointé les insuffisances révélées par la crise concernant la manière dont l’État accompagnait les festivals. A cet égard, les états généraux ont été présentés comme un nouveau cadre de concertation et de dialogue entre l’État, les collectivités territoriales, les organisateurs et les artistes pour envisager des solutions et mieux prendre en compte les enjeux d’avenir des festivals : l’impact de la crise sanitaire, l’évolution du modèle économique, l’adaptation aux impératifs écologiques, le rôle à l’égard des artistes et du public…

Un prochain volet se tiendra au Printemps de Bourges en 2021, si les circonstances le permettent.