Entretien avec Karol Mossakowski : « l'orgue est en perpétuelle évolution ! »

Vendredi 18 octobre à 19h, Gabrielle Oliveira Guyon a eu le plaisir de rencontrer Karol Mossakowski, organiste en résidence à la Maison de la Radio, juste avant son concert à l’Auditorium de Radio France. Le public lui a posé également quelques questions, auxquelles il a répondu avec générosité.

Entretien avec Karol Mossakowski : « l'orgue est en perpétuelle évolution ! »
Entretien entre Gabrielle Oliveira Guyon et l'organiste Karol Mossakowski, © Radio France

Trente-cinq minutes plus tard, nous en savions plus sur le musicien et le programme du concert : Karol Massokowski au côté de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la baguette de Myung-Whun Chung, directeur musical honoraire de l’orchestre. La première partie était consacrée au 5ème Concerto pour piano de Ludwig van Beethoven (avec l’incroyable Nelson Goerner) et la seconde partie à la Symphonie n°3 de Camille Saint-Saëns, pour orchestre, piano à quatre mains…. et orgue ! Concert à réécouter sur France Musique :

Né en 1990 en Pologne dans une famille de musiciens, c’est tout naturellement que Karol Mossakowski se dirige vers les claviers : le piano et l’orgue. Après des études au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, avec pour professeurs Olivier Latry ou encore Thierry Escaich, il reçoit de nombreuses distinctions (en 2010, le Concours international Feliks Nowowiejski à Poznań, en 2013 le Premier Prix du Concours international du Printemps de Prague et en 2016 le Grand Prix de Chartres, le Prix international Boellmann-Gigout de Strasbourg et le prix « Debiut roku » de l’Institut national de musique et de danse de Pologne).

Pendant cet avant-concert, Karol Mossakowski, s’est étendu avec enthousiasme sur sa passion : « L’orgue n’est pas qu’un instrument immense, obscure, impressionnant et terrifiant ! ». Son regard complice et son dialogue naturel avec le public nous a permis de connaître un jeune musicien heureux d’être en résidence à Radio France et de nous présenter l’orgue de façon accessible. S’il aime nous raconter les particularités de l’orgue de l’Auditorium (construit en 2014 par le facteur d’orgue Gerhard Grenzig), il se régale à accueillir les différents publics de la maison ronde : ateliers pédagogiques pour enfants, récitals, improvisations, concerts avec orchestre et même des ciné-concerts !

L’orgue est en perpétuelle évolution, c’est ce qui rend cet instrument magique ! Je le découvre tous les jours !

Pour le film-muet Les Lois de l'hospitalité de Buster Keaton que l'organiste va accompagner le 19 février prochain, Karol Mossakowski prévoit de le regarder plusieurs fois afin de se mettre au service de l’image… et accompagner « le côté exagéré des films-muets tout en laissant bien-sûr de la place au silence ».

L’orgue, le roi des instruments, selon Mozart, approuvé par Karol Mossakowski

Karol Mossakowski évoque tous les jeux (ou registres) de l’instrument de l’Auditorium, c’est-à-dire toutes ses sonorités : quatre-vingt-sept en tout ! L’orgue est l’instrument le plus complet par excellence. Le musicien précise tout-de-même que certaines œuvres sonnent bien mieux sur certaines orgues : « Je ne peux pas jouer le même programme partout où je vais ! Chaque orgue a sa spécificité, les orgues allemands, français…. toutes les factures sont différentes. D’ailleurs, l’orgue est en perpétuelle évolution, c’est ce qui rend cet instrument magique ! Je le découvre tous les jours ! »

La Symphonie n°3 de Camille Saint-Saëns vue par Karol Mossakowski

C’est la première fois que le musicien joue cette œuvre, la symphonie (parmi les 5 du compositeur) la plus connue. Une œuvre orchestrale avec orgue et piano à 4 mains qui date de 1886. Elle est dédiée à Franz Liszt qui vient de mourir (31 juillet 1886 à Bayreuth) et est créée à Londres la même année, puis l’année suivante à Paris. Une maturité incroyable dans l’orchestration, l’équilibre et la densité des liens entre les instruments…. y compris pour l’orgue. Même si Karol Mossakowski précise qu’il n’a « pas beaucoup de notes à jouer ! C’est peut-être la difficulté la plus stressante ! Il ne faut pas manquer les rares passages que je joue, après de longues minutes d’attente et de silences ! ». Effectivement, dans cette 3ème Symphonie, l’orgue ne fait son entrée que dans le 2ème mouvement (il joue dans les 2e et 4e mouvements).

Karol Mossakowski, l’orgue et…

Karol Mossakowski est titulaire de l’orgue de Notre-Dame de la Treille à Lille, où il joue des messes ou des concerts. Un orgue qui une fois de plus le rattache à Radio France puisqu’il s’agit de l’ancien orgue du Studio 104 de la Maison de la Radio ! Alors, quand il n’est ni à Lille, ni à Radio France, Karol Mossakowski nous dévoile à demi-mots qu’il aimerait avoir plus de temps pour composer, plus de temps aussi pour ne pas parler musique « mais en même temps, cela me passionne tellement ! Je prends un tel plaisir à jouer, apprendre, découvrir ! ». Le musicien relit actuellement Crime et Châtiment de Dostoïevski… un livre « pas très gai »…. Contrairement au musicien….

Son amour pour l’orgue est contagieux, allez l’écouter !