Une Carmen revisitée pour dénoncer les violences faites aux femmes

Pour dénoncer les violences faites aux femmes, le Teatro del Maggio Musicale de Florence présente une nouvelle production de Carmen. Dans cette version, le dénouement tragique de l’histoire a été inversé et c’est Carmen qui tue Don José.

Une Carmen revisitée pour dénoncer les violences faites aux femmes
Dabiel Johansson et Gaelle Arquez dans Carmen au festival de Bregenz en Autriche (2017), © Maxppp / Felix Kstle

A partir du 7 janvier 2018, le Teatro del Maggio de Florence présentera au public une nouvelle production de Carmen, mais avec un dénouement revisité. Dans la version originale de l'œuvre mythique de Bizet, l'opéra se termine par la mort de Carmen, tuée par son ancien amant jaloux, Don José. Or cette fois, c’est Carmen qui tue Don José, avec un pistolet qu’elle lui a arraché.

« Nous pensons qu’il est important que le théâtre ne soit pas un lieu conservateur, un musée. C’est un endroit qui doit pouvoir initier des débats », explique au TelegraphPaolo Klun, attaché de presse du Teatro del Maggio Musicale. « Carmen a été écrit il y a 150 ans, dans un contexte cultuel différent. Les choses changent », ajoute-t-il.

La production explique avoir souhaité réécrire la fin de l’œuvre afin de dénoncer les violences faites aux femmes. « Dans une société marquée par le meurtre de femmes, comment applaudir la mort de l’une d’entre elle ? » s'interroge Cristiano Chiarot, à la tête du Teatro del Maggio.

Initialement, Leo Muscato, le metteur en scène, était assez réticent à l'idée de modifier la fin, comme le voulait le théâtre. « La mort de Carmen est le moteur de cette histoire, pourquoi renverser cette situation ? » se demandait-il. « Puis, j’ai saisi que ce que souhaitait Cristiano Chiarot. Le thème de la mort dans cet opéra est très masculin, la femme doit se sacrifier pour sauver sa liberté. C’est un point de vue qui fait peu de sens aujourd’hui ».