En Bavière, Beethoven s’affiche en géant dans un labyrinthe

À l’occasion du 250e anniversaire de Beethoven, un labyrinthe allemand prend les traits du compositeur. Un portrait géant au milieu d’un parc conçu par des anciens agriculteurs.

En Bavière, Beethoven s’affiche en géant dans un labyrinthe
Le labyrinthe aux traits de beethoven est à découvrir jusqu'à la fin du mois de septembre, à Utting am Ammersee, en Allemagne., © AFP / Peter Kneffel

À Utting am Ammersee, le lac de la ville a un nouveau voisin, et il est de taille. Depuis le week-end du 15 août, un portrait géant de Ludwig van Beethoven a été tracé dans un parc, créant ainsi un immense labyrinthe aux traits du compositeur. Sur le modèle du portrait de Beethoven réalisé par Josef Karl Stieler en 1820, cette conception célèbre les 250 ans de la naissance du compositeur à Bonn. 

17 000 mètres carrés, soit plus de deux terrains de football, c’est la taille de ce nouveau labyrinthe dessiné avec des chemins de paille dans un mélange de tournesols, de chanvre, de maïs et de mauve sauvage. Si vu du ciel l’œuvre paraît être un bas-relief, au sol, les différentes plantes atteignent une hauteur de deux à trois mètres à l'ouverture du labyrinthe.

Plusieurs kilomètres de sentiers

Pour la réalisation, les gérants du parc ont pu compter sur la coopération de l'Université des sciences appliquées de Munich, faculté de géo-information. Ce sont donc des ingénieurs et des universitaires qui ont, des mois durant, procédé aux mesures afin d’atteindre les 3,4 kilomètres de sentiers.

Cette année, pour la 22e édition, Beethoven remplace donc Maya l’abeille, la figure du précédent labyrinthe. Le compositeur offre même 15 % de possibilités supplémentaires de se perdre ! Alors pour se repérer, les ateliers musicaux, pianos et autres orgues de Barbarie, aideront les visiteurs à prendre leur mal en patience jusqu’à la sortie. 

Tout au long du parcours, des compositions de Beethoven résonneront dans le parc. Le labyrinthe est d’ailleurs une source d’inspirations pour de nombreux compositeurs. Jean-Sébastien Bach, un autre Allemand, était connu pour son Petit labyrinthe harmonique (bwv 591), mais des spécialistes du Kantor de Leipzig lui ont retiré la paternité de cette œuvre. 

Des inspirations très allemandes

En vingt-deux éditions, ce n’est pas la première fois qu’un portrait sert de labyrinthe au parc d’Utting. Depuis 1999, Albert Einstein (2005), le roi Louis II (2007) et Martin Luther (2017) ont également eu droit à leur représentation végétalisée format géant. Des thèmes d’actualité inspirent aussi régulièrement les propriétaires, qui ont célébré la Coupe du monde de football en 2014, et même les 25 ans de réunification de l'Allemagne.