Egypte : une femme (presque) nommée ministre de la Culture

Finalement, Ines Abdel-Dayem ne sera pas ministre de la Culture en Egypte comme annoncé hier par le gouvernement provisoire d'Hazem el-Beblawi. L'ancienne directrice de l'Opéra du Caire a"officiellement" décliné l'offre pendant la nuit.

Egypte : une femme (presque) nommée ministre de la Culture
Ines Abdel-Bayem

L'information semblait ne faire aucun doute hier, mardi 16 juillet. Ines Abdel-Dayem, l'ancienne directrice de l'Opéra du Caire allait devenir la nouvelle ministre de la Culture d'Egypte, la première femme à occuper ce poste depuis la création du ministère vers la fin des années 1950. Un symbole fort et de bon augure pour le monde de la culture du pays avec cette femme flûtiste renommée formée en France à l'Ecole Normale de Musique de Paris. Mais au moment de prêter serment, point d'Ines Abdel-Dayem dans les rangs du gouvernement provisoire du Premier Ministre, tout aussi provisoire, Hazem el-Beblawi. Selon les dernières informations, elle aurait choisi de décliner la proposition afin de «préserver sa vie de famill e», peut-on lire sur le blog Culture et politique arabes. Une décision difficile à comprendre puisque Abdel-Dayem tenait là l'occasion en or de se venger. En devenant ministre de la Culture, elle aurait pris la place de celui qui l'avait limogé de son poste de directrice de l'Opéra du Caire en mai dernier. Une éviction sans aucun motif qui avait déclenché une importante vague de contestation dans le milieu de la culture égyptienne. Exemple en juin dernier avec la troupe du ballet de l'Opéra du Caire jouant Zorba en pleine rue pour narguer le ministre de la Culture.

Quelles sont donc les raisons qui ont poussé Ines Abdel-Dayem à refuser le poste? Le symbole de la nomination d'une telle personnalité à la Culture était certainement trop provoquant pour les membres salafistes du parti religieux Al-Nour, les mêmes qui se sont opposés à la nomination de Mohamed El Baradei comme Premier Ministre suite à la chute du gouvernement de Morsi. Afin de faire consensus pour constituer son gouvernement, El Beblawi a dû se résoudre à abandonner son idée première et a rappelé Mohammed Saber Arab, déjà ministre de la Culture pendant le gouvernement Morsi.

Sur le même thème