Disparition du maestro italien Alberto Zedda

Le chef d’orchestre Alberto Zedda, musicologue et spécialiste de Rossini, est décédé à l’âge de 89 ans.

Disparition du maestro italien Alberto Zedda
Alberto Zedda, en 2012, © AFP

Alberto Zedda est décédé le lundi 6 mars 2017 à Pesaro, en Italie, ville dont il avait été nommé citoyen d'honneur. C'est le chanteur ténor Gregory Kunde qui a annoncé, via Facebook, la disparition de celui qui lui avait fait découvrir le répertoire rossinien.

Né en 1928, Alberto Zedda suit sa formation musicale au sein de sa ville natale, Milan. Au conservatoire, il reçoit ainsi l’enseignement des chefs Carlo Maria Giulini et Alceo Galliera.

En 1956, il dirige sa première oeuvre : Il barbiere di Siviglia, de Gioacchino Rossini. Un compositeur dont le nom restera associé à la carrière du maestro Zedda, puisqu’il a dirigé l’intégrale des opéras de Rossini et effectué un riche travail d’analyse de l’oeuvre du compositeur italien.

Dans les années 1960, il a notamment proposé les premières éditions “critiques” d' Il barbiere di Siviglia, de La Cenerentola, de La gazza ladra et Semiramide. Un exercice de réflexion et de recherche qu’il a également entrepris pour l’enregistrement d’œuvres de Vivaldi, Donizetti, Bellini et Verdi.

Lauréat de la RAI International Conductors Competition en 1957, Alberto Zedda s’est produit au sein des plus grandes maisons d’opéra italiennes et internationales : La Scala de Milan (dont il était le directeur artistique), La Fenice de Venise, l’Opéra National de Vienne, le New York City Opera, le Deutsche Oper de Berlin ou encore Covent Garden, à Londres.

Alberto Zedda s’est également investi dans la formation des jeunes chanteurs : il a ainsi participé à la création du Rossini Opera Festival de Pesaro et de son académie lyrique, académie dont il assurait toujours la coordination.

En novembre 2016, Alberto Zedda donnait ses dernières représentations sur le sol français : l’Hermione de Rossini, à Lyon, puis au Théâtre des Champs Elysées de Paris où il reçut une longue ovation du public parisien.