Disparition du baryton Jean-Christophe Benoit, grande voix de la mélodie française

Le baryton Jean-Christophe Benoit nous a quittés le jeudi 21 février 2019 à l’âge de 93 ans, après une vie dédiée à l'opéra et à la mélodie française, dont il fut un illustre interprète.

Disparition du baryton Jean-Christophe Benoit, grande voix de la mélodie française
Jean-Christophe Benoit, © Capture d'écran INA

Il brillait dans l’art de dire en chantant. Le baryton Jean-Christophe Benoit est décédé à l’âge de 93 ans. Grand interprète d'opéra et d'opérette, il a particulièrement défendu le répertoire de la mélodie française.  

Né à Paris le 18 mars 1925, Jean-Christophe Benoit a grandi dans une famille de musiciens. Sa mère, Léontine Benoit-Granier, était compositrice et son père, Henri Benoit, altiste du Quatuor Capet. Sa sœur, Denise Benoit, était quant à elle comédienne, danseuse et chanteuse. On lui doit notamment La servante du château.

Au Conservatoire national de Paris, où il enseigna lui-même plus tard, il fut l'élève d’Olivier Messiaen. Durant sa carrière, Jean-Christophe Benoit a été applaudi sur les scènes les plus prestigieuses, celles de l'Opéra de Paris, la salle Favart, Londres, Monte-Carlo ou encore le Grand Théâtre de Genève, où il créa le rôle de Figaro dans La Mère Coupable de Darius Milhaud en 1966. Parmi les rôles dans lesquels il s'était spécialisé figure celui de Torquemada dans L’Heure espagnole de Maurice Ravel, qu’il fut notamment invité à chanter à la Scala en 1958.

Durant sa carrière, il s’est également livré à un art un peu plus intime, celui de la poésie. Il a ainsi composé une centaine de poèmes, dont certains ont été mis en musique. Il en parlait notamment au micro de Marcel Quillévéré qui le recevait dans Les traverses du temps en 2013, sur France Musique. 

Benoît Duteurtre, qui l’avait également reçu dans Étonnez-moi Benoît en 2000, lui rendra hommage dans son émission le samedi 23 février.