Disparition de la mezzo-soprano Barbara Smith Conrad

La mezzo-soprano américaine Barbara Smith Conrad est décédée à l’âge de 79 ans. Écartée d’une production d'opéra dans les années 1950 à cause de sa couleur de peau, elle était devenue une figure de la lutte contre les discriminations raciales aux Etats-Unis.

Disparition de la mezzo-soprano Barbara Smith Conrad
Barbara Smith Conrad, © Getty / Gary Miller

Lundi 22 mai 2017 s'est éteinte la mezzo-soprano Barbara Smith Conrad, à l'âge de 79 ans. Née le 11 août 1937 à Atlanta (Texas). Grande artiste de la scène lyrique américaine, elle s'est notamment produite régulièrement au Metropolitan Opera de New York et consacrait une grande part de son activité à l'enseignement. Son nom reste aussi associé à la lutte contre les discriminations raciales aux Etats-Unis.

Université du Texas à Austin aux Etats-Unis, en 1957. Âgée de 19 ans, Barbara Smith Conrad est choisie pour interpréter le rôle de Didon dans une production scolaire de Didon et Enée de Purcell. Mais après des mois de répétition, et seulement deux semaines avant le début des représentations, la chanteuse est écartée du projet. En cause : sa couleur de peau. Barbara Smith Conrad est afro-américaine et son partenaire sur scène est blanc, ce qui ne passe pas auprès de plusieurs étudiants qui refusent de les voir ensemble sur scène. Barbara Smith Conrad reçoit alors des menaces téléphoniques, doit faire faire à des actes d'intimidation, comme lorsque deux hommes la suivent alors qu'elle rentre chez elle, à l’extérieur du campus. Les étudiants réussissent à terroriser la jeune Barbara Smith Conrad et font, par la même occasion, reculer l’Université. Comme le relate le New York Times, Joe Chapman, député démocrate, et Logan Wilson, président de l’Université, décident ensemble de retirer Barbara Smith Conrad du spectacle pour éviter une « mauvaise publicité » à l’école, qui se prépare à voter son projet de finance. « J’ai ressenti une telle souffrance », confiera-t-elle en 1998, au journal de l’Université du Texas. « J’ai pleuré intérieurement pendant des années. »

Lorsque les médias nationaux découvrent cette histoire, il la relaie et les premières voix s’élèvent contre l’attitude de l'Université. Manifestation d’étudiants, pétition, prise de parole publique de huit législateurs … Barbara Smith Conrad devient une figure de la lutte contre la ségrégation raciale. Le chanteur Harry Belafonte lui propose de lui financer ses études dans l'université de son choix. Mais Barbara Smith Conrad décide de rester étudier à l’Université du Texas, et, après avoir obtenu son diplôme de musique en 1959, elle entame sa carrière de chanteuse, qui l’emmène sur les scènes du monde entier, comme le Metropolitan Opera de New York, ou encore l’Opéra d’Etat de Vienne, dans un répertoire allant de Porgy and Bess, à Rigoletto en passant par Carmen.

Dans les années 80, l’Université du Texas a tenu à lui présenter ses excuses en créant une Bourse à son nom.