Disparition de l'altiste et éminent pédagogue Tasso Adamopoulos

L'altiste et pédagogue français d'origine grecque Tasso Adamopoulos s'est éteint ce dimanche 3 janvier des suites de la Covid-19. Nombre de ses disciples témoignent de la passion qui animait le musicien dans la transmission de son art.

Disparition de l'altiste et éminent pédagogue Tasso Adamopoulos
Décès de l'altiste et pédagogue Tasso Adamopoulos

"Tasso Adamopoulos aimait prendre la personne de manière holistique", disait l'altiste Carole Dauphin au micro de Gabrielle Oliveira Guyon dans Musique Matin ce lundi 4 janvier. Ancienne élève, puis collègue de Tasso Adamopoulos au CRR de Paris, l'altiste tenait à rendre hommage au maître disparu ce dimanche 3 janvier des suites de la Covid-19. "L'exigence musicale était présente en permanence, bien sur, mais parfois il pouvait avoir des phrases envers les étudiants qui dépassaient la vision musicale et qui s'adressaient à la personne d'abord. C'était un grand humaniste." 

Nombreux sont les altistes, disciples ou complices de scène de Tasso Adamopoulos qui ont témoigné de la passion qui animait le musicien lorsqu'il transmettait son art. Professeur au CNSM de Lyon et au CRR de Paris et de Bordeaux, Tasso Adamopoulos donnait régulièrement des masterclasses en France et dans le monde entier. Interprète avec un "timbre particulièrement pénétrant ainsi qu'un jeu aiguisé et généreux", Tasso Adamopoulos "aura marqué l'histoire de l'alto, aussi bien en France qu'à l'étranger", selon Carole Dauphin, et aura marqué la trajectoire de nombreux musiciens de renom, tels Arnaud Thorette ou Mathieu Herzog.

Né à Paris, Tasso Adamopoulos a commencé ses études musicales en Israël, d'abord en étudiant le violon auprès d’Enry Rotenberg au conservatoire de Haïfa, en ensuite l’alto avec Oeden Partos à l’Académie de musique de Tel-Aviv. Il est remarqué par Isaac Stern et Léonard Bernstein, et poursuit ses études en Europe. A 19 ans il devient Alto Solo de l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, avant de poursuivre sa carrière en France, notamment en Alto Solo à l’Orchestre National de France sous Lorin Maazel. Depuis 1990, il était soliste de l'Orchestre national Bordeaux Aquitaine. 

Il s'est produit en tant que soliste avec l'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique de Radio France, l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, l'ensemble Orchestral de Paris ou l'Orchestre National Bordeaux Aquitaine. Chambriste recherché, il a fait partie du trio Sartory avec Roland Daugareil et Etienne Peclard. Il a partagé la scène avec de nombreux musiciens de renom :  Wolfgang Sawallisch, Jean-Pierre Rampal, Maria Joao Pires, Brigitte Engerer ou a été invité par des ensembles tels que les quatuors Talich, Hagen ou Lindsay.