Disparition de l'académicien Jean-Loup Dabadie à l'âge de 81 ans

Parolier, scénariste et homme des lettres, Jean-Loup Dabadie est mort ce dimanche à Paris à 81 ans, a annoncé son agent Bertrand de Labbey.

Disparition de l'académicien Jean-Loup Dabadie à l'âge de 81 ans
Jean Loup Dabadie, © Maxppp / Frédéric Dugit

Il a signé les paroles des plus grands succès de Michel Polnareff (Holidays, Lettre à France), Julien Clerc (Partir, Ma préférence, Femmes... je vous aime), Serge Reggiani (Le petit garçon), Yves Montand (L’addition), Johnny Hallyday (J’ai épousé une ombre). En tant que scénariste, sa collaboration avec Claude Sautet marquera d'une pierre blanche l'histoire du cinéma français : il y eut d'abord Les choses de la vie (1970) avec Romy Schneider et Michel Piccoli, suivi par César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul… et les autres (1974), ou encore Une histoire simple (1978).  Sa plume en a inspiré de nombreuses autres : avec Yves Robert, Claude Pinoteau, François Truffaut ou encore Jean-Paul Rappeneau et a donné naissance à une trentaine de films majeurs.

L'homme des lettres prolifique et académicien Jean-Loup Dabadie est mort à Paris ce dimanche 24 mai. Il avait 81 ans.

France Musique lui rendra hommage dans de nombreuses émissions, et notamment en rediffusant samedi 30 mai l'émission "Etonnez-moi Benoît" du 24 décembre 2011, où Jean-Loup Dabadie était l'invité de Benoît Duteurtre.

Fils de Marcel Dabadie qui fut aussi parolier, notamment de Maurice Chevalier ou de Julien Clerc, Jean-Loup Dabadie est né à Paris en 1938. Après une enfance passée à Grenoble, chez ses grands-parents, il monte à Paris, où, lycéen, il commence à se passionner pour l'écriture.

A dix-neuf ans, Jean-Loup Dabadie publie son premier roman, intitulé Les Yeux secs, aux éditions du Seuil, suivi l’année d'après par Les Dieux du foyer. Il débute comme journaliste, reporter et critique de films et collabore à la création de la revue Tel quel, avec Philippe Sollers et Jean-Edern Hallier. Dans les années 1960, il travaille pour la télévision : il collabore avec Jean-Christophe Averty et Guy Bedos, et signe certains des sketches devenus légendaires : Monsieur Suzon, Un jeune homme de lettres, Dernier dans la première.

Il s'est également passionné de théâtre. Il a signé plusieurs pièces : La Famille écarlate (1967), Le Vison voyageur (1969), Madame Marguerite (1974) et Double mixte (1986).

En avril 2008, Jean-Loup Dabadie est élu à l’Académie Française et intronisé le 12 mars 2009.

Jean-Loup Dabadie est mort à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière ce dimanche 24 mai à 81 ans. Selon son agent, les causes de son décès ne seraient pas liées au Covid-19.