Disparition de Charles Chaynes, compositeur et ancien directeur de France Musique

Charles Chaynes est décédé à l’âge de 90 ans vendredi 24 juin 2016. Compositeur, il fut également directeur de France Musique de 1965 à 1975 et élu à l’Académie des Beaux-Arts en 2005.

Disparition de Charles Chaynes, compositeur et ancien directeur de France Musique
Charles Chaynes a composé plus d'une centaine d'oeuvres au cours de sa vie ©GuyVivien

Compositeur français, ancien directeur de France Musique et chef de la création musicale à Radio France, Charles Chaynes est décédé vendredi 24 juin 2016. Né le 11 juillet 1925 à Toulouse, il grandit dans une famille de musiciens avec deux parents enseignants au conservatoire de Toulouse.

Après des premières études musicales dans sa ville natale et une première composition à 15 ans, Charles Chaynes s’installe à Paris pour suivre les cours de violon de Gabriel Bouillon au Conservatoire National de Paris où il obtient différents prix (violon, composition, harmonie et fugue).

Pendant ses études au conservatoire de Paris, Charles Chaynes suit les classes de Darius Milhaud et Jean Rivier. Un enseignement de qualité qui lui permet d’obtenir le Prix de Rome en 1951, un an après être arrivé en seconde position.

En 1965, il prend la direction de France Musique pendant 10 ans et favorise le direct et une plus grande ouverture au public. Il dirige ensuite le service de la création musicale à Radio France et prône la diversité musicale jusqu’en 1990.

Charles Chaynes continue d’écrire pendant cette période et se tourne vers la voix. Il écrit dans sa vie cinq opéras, de 1982 à 2007 dont deux seront récompensés du grand prix de l'Académie du disque Charles Cros (Erzebet et Noces de sang ).

En 2005, l’oeuvre de Charles Chaynes est consacrée par son élection à l’Académie des Beaux-Arts au fauteuil de Marius Constant (qu’il avait remplacé à la création musicale de Radio France). Le compositeur est décédé vendredi 24 juin 2019 à l’âge de 90 ans.

Extrait d’un entretien avec Charles Chaynes donné en 1969 paru dans le Journal musical français :

« [La radio] m'enrichit considérablement, car elle permet de vivre dans un climat de musique vivante. Elle nous tient au courant de tout ce qui se passe, aussi bien chez nous qu'ailleurs. Par elle, je me sens constamment en mouvement : elle évite la sclérose et incite à écrire de la musique ! Et puis, on ne dit pas assez à quel point la fréquentation des studios est enrichissante pour un compositeur, qui apprend à utiliser le micro. Car on peut, on doit concevoir une musique écrite spécialement pour la radio ou le disque. Ainsi, dans mes Quatre poèmes de Sappho, certains éléments ont été pensés en vue du micro, notamment des phrases murmurées par le soliste de diverses manières, autant d'effets irréalisables en concert ! »

Sur le même thème