Des chercheurs révèlent les causes du décès de Chopin après avoir examiné son cœur

Après avoir observé le cœur du compositeur, conservé dans une église en Pologne, des chercheurs affirment que Frédéric Chopin est décédé des suites d’une péricardite, complication rare de la tuberculose.

Des chercheurs révèlent les causes du décès de Chopin après avoir examiné son cœur
Le coeur de Chopin repose dans une urne remplie de cognac, dans une église en Pologne. , © Getty / Wojtek Laski

Objet de toutes les convoitises de la part des chercheurs, le cœur de Frédéric Chopin vient très certainement de livrer la vérité sur les causes de la mort prématurée du compositeur, à l'âge de 39 ans. Une équipe de scientifiques a été autorisée à observer l'organe qui repose, telle une relique, dans une urne de cristal remplie de cognac placée dans un pilier de l'église de la Sainte-Croix de Varsovie, en Pologne. « Nous n’avons pas ouvert le bocal », précise Michael Witt, de l'Académie polonaise des sciences, au journal britannique le Guardian. En examinant le cœur, ils ont constaté qu'il était recouvert d’une fine couche de fibres blanches, avec de petites lésions apparentes. « Nous pouvons ainsi affirmer avec une forte probabilité que Frédéric Chopin souffrait de la tuberculose et qu’il est très certainement décédé des suites d’une péricardite, complication rare de la maladie », conclue-t-il.

Conformément aux dernières volontés de l'artiste, enterré au Père Lachaise à Paris en 1849, son cœur avait été extrait de son corps après sa mort, pour être ramené dans son pays natal. C'est la première fois qu'il était observé depuis 1945, rappelle le Guardian. En 2008, des scientifiques avaient voulu effectuer des analyses ADN pour prouver que le musicien n’était pas mort d’une tuberculose, contrairement à ce qui est affiché sur son certificat de décès, mais d’une mucoviscidose. Leur demande avait été rejetée par le ministre polonais de la Culture. « Certaines personnes voudront toujours prélever des échantillons sur le cœur pour prouver que Chopin souffrait d’une maladie génétique. Mais ce serait une grave erreur. Cela pourrait le détruire et je suis persuadé que nous savons désormais ce qui a tué Chopin », conclut Michael Witt.