Des centaines de milliers d’enregistrements musicaux disparus dans un incendie en 2008

Une enquête du New York Times Magazine a révélé lundi 10 juin la disparition de centaines de milliers d’enregistrements musicaux dans un incendie des studios Universal à Hollywood, aux Etats-Unis, il y a 11 ans, en 2008.

Des centaines de milliers d’enregistrements musicaux disparus dans un incendie en 2008
L' incendie au Studio Universal en 2008 , © Getty / Allen J Schaben

C’est le jour où « la musique a brûlé » titre le New York Times Magazine qui parle du plus « grand désastre de l’histoire du secteur de la musique. » Après une longue enquête, le média américain a révélé la disparition de centaines de milliers d’enregistrements musicaux, au cours d’un incendie qui a ravagé les studios Universal à Hollywood en juin 2008. 

A l’époque, la disparition d’archives cinématographiques et de plateaux de tournage avait été déplorée, mais Universal a réussi à dissimuler celle d’enregistrements musicaux précieux. Dans un rapport confidentiel publié en 2009, le groupe Universal Music estimait cette perte à 500 000 titres, parmi lesquels des masters, enregistrements originaux. Billie Holiday, Louis Armstrong, Duke Ellington, John Coltrane, Aretha Franklin, Chuck Berry, Ray Charles, Elton John, Eric Clapton ou encore Nirvana et Snoop Dogg. La liste des artistes et des œuvres concernée, qui remontent jusqu’aux années 1940, est aussi longue qu’effrayante. C'est « la perte d’un énorme héritage musical », constate le groupe Universal lui-même, dans une note interne datant de 2009. 

Dans son enquête pour le New York Times Magazine, le journaliste Jody Rosen revient sur les efforts menés par le groupe pour dissimuler la catastrophe, afin d’éviter tout embarras public et la colère des artistes. Il avait par ailleurs nié toute perte lorsque qu’une blogueuse, Nikki Finke, avait alerté sur la probable destruction de « milliers d’enregistrements » dès le jour de l’incendie. 

La valeur financière de cette destruction est difficile à évaluer écrit le journaliste, qui cite le chiffre de 150 millions de dollars avant d’ajouter  qu’en « terme de patrimoine, elle est renversante », inestimable.