De nombreux hommages rendus au « pionnier de la musique électronique » Pierre Henry

Au lendemain de l’annonce de la disparition de Pierre Henry, la presse et des personnalités du monde musical ont salué la mémoire du compositeur dont l’influence s’est exercée sur plusieurs générations.

De nombreux hommages rendus au « pionnier de la musique électronique » Pierre Henry
Pierre Henry, © AFP / Franck Perry

« Pionnier, figure majeure, explorateur ou magicien des sons. » Ce vendredi 7 juillet, la presse revient très largement sur le décès de Pierre Henry à l'âge de 89 ans, « le père, le parrain de la musique électronique. » Dans Libération, qui titre sur « La mort du Messie du Temps présent », on découvre que Pierre Henry assumait ce rang de pionnier « tel tout bon français qui se respecte, en grommelant pour cacher son humilité ».

« A coups de « wizzz », « dziiing », « pouêêêt » et autres « ding-dong », il a fait entrer la musique contemporaine dans la sphère pop », peut-on lire dans Télérama. L’hebdomadaire rend hommage à un « inlassable chercheur de l’inouï » dont les « yeux malicieux », écrit plus loin le journaliste, « exprimaient le caractère ludique de son art ».

Les médias mentionnent très largement sa collaboration avec Pierre Schaeffer et surtout celle, très prolifique, avec Maurice Béjart. Le Figaro rapporte ainsi des propos qu’avait tenus le chorégraphe à son égard : « Sans Pierre Henry je n’aurais rien fait. Il m’a ouvert les oreilles ».

Une immense influence

L’influence exercée par Pierre Henry est unanimement saluée. « Il n’y a pas un grand artiste de musique électro qui pourrait dire qu’il n’est pas sa figure tutélaire », souligne Laurent Bayle, directeur de la Philharmonie de Paris. L'institution lui rendra hommage le 7 octobre prochain lors d’une nuit blanche durant laquelle sera présentée une création du compositeur. Sur France Info le compositeur Jean-Michel Jarre, qui a été élève du compositeur, va dans le sens des propos de Laurent Bayle. « C’est une disparition qui me touche beaucouppuisqu’il a été l’un de mes mentors. Si je suis là aujourd’hui c’est grâce à lui », a-t-il déclaré.

Une émotion partagée par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui a réagi : « Il aura sur faire de chaque œuvre une révolution sonore ».

Radio France et ses formations musicales « s’associent à la tristesse éprouvé à l’annonce du décès de Pierre Henry. » Hier, le concert donné par l’Orchestre National de France à l’Auditorium de la Maison de la Radio lui était dédié. Trois nouvelles œuvres du compositeur seront créées à Radio France les 8, 9 et 10 décembre à l’occasion d’un weekend hommage.