De l’optimisme à Bayreuth

Le festival de Bayreuth prépare son été à venir. Au programme : le maintien du chef Christian Thielemann dans l'organisation de l'institution, et une programmation défiant les contraintes liées au Covid !

De l’optimisme à Bayreuth
Le chef Christian Thielemann conservera sa place dans les murs du festival de Bayreuth, © Getty

Alors que le contrat plaçant Christian Thielemann à la direction musicale du festival de Bayreuth expire à la fin du mois, l’institution a fait savoir le 23 décembre dernier qu’elle avait l’intention d’établir une nouvelle convention avec le chef de 61 ans... les tâches et le titre associé seraient encore en cours de clarification.

Cette annonce intervient quelques jours après la publication d’un communiqué de presse du ministère fédéral des Sciences et de Arts de l’État de Bavière du 10 décembre, donnant matière à espérer aux pèlerins dévastés par la suspension des festivités l’été dernier.

Le festival devrait avoir bien lieu en 2021 ; c’est du moins ce que prévoient ses quatre actionnaires qui ont mandaté la direction pour que soit assurée une programmation allégée mais néanmoins certaine, en dépit des conditions imposées par la circulation du Covid. Des précautions financières seront donc prises à cet effet, garantissant notamment la tenue d’une nouvelle production du Vaisseau fantôme qui sera dirigé par la première femme cheffe d’orchestre de l’histoire du festival, l’ukrainienne Oksana Lyniv. Tandis que trois représentations de la Walkyrie seront données, Lohengrin attendra 2022 pour enchanter le public de la colline verte de ses chœurs splendides certes, mais peu accordés à l’air du temps.

Le Ministre Bernd Sibler a manifesté son optimisme né de cette reprise : « c’est un signal d’espoir et un nouveau départ […] 2021 devrait à nouveau appartenir à l’art et aux Hommes ! »