Davide Martello joue "Imagine" devant le Bataclan en hommage aux victimes

« Je ne peux pas faire revenir les victimes, mais ma musique pourra peut-être inspirer les gens. Et lorsqu’ils sont inspirés, les gens peuvent tout faire ! » Depuis trois ans, le pianiste de rue Davide Martello sillonne la planète à la rencontre de ceux qui ont besoin de l'espoir. Samedi après-midi, il était devant le Bataclan.

Davide Martello joue "Imagine" devant le Bataclan en hommage aux victimes
CHRISTOPHE PETIT TESSON/EPA/MaxPPP

Samedi en début de l’après-midi devant le Bataclan, une petite foule rend hommage en silence aux victimes des attentats perpétrés la veille avec des fleurs, des bougies, des pensées. Les équipes de photographes et des médias sont là, aussi. Un peu plus loin, une journaliste de CNN en plein direct entend quelqu’un jouer Imagine de John Lennon et en fait part aux spectateurs :

Les premières notes d’une chanson familière brisent un silence lourd d’émotion. Tout près, cerné par des bouquets de fleurs et des bougies, un piano venu de nulle part, et son pianiste.

Il s’appelle Davide Martello, et lorsque la première explosion a retenti vendredi soir aux abords du Stade de France à Paris, il était dans un pub à Constance, en Allemagne, en train de regarder le match amical France - Allemagne à la télévision.

« J’ai toute de suite senti que je devais faire quelque chose. Je voulais y être pour essayer de consoler et de redonner de l’espoir. »

Il prévient quelques amis et saute dans sa voiture en direction de Paris, son piano chargé sur une remorque. Il fera les 400 kilomètres d'un trait et le lendemain, il jouera Imagine de John Lennon devant le Bataclan.

Sa démarche n'a aucune couleur politique : « Je ne peux pas faire revenir les victimes, mais ma musique pourra peut-être inspirer les gens. Et lorsqu’ils sont inspirés, les gens peuvent tout faire ! »

Davide Martello alias Klavierkunst est pianiste de rue. Il y a trois ans, lorsqu'il était en vacances en Bulgarie, il a eu l'idée de se rendre sur la Place Taksim à Istanbul et de soutenir les manifestants avec sa musique. Depuis, il a parcouru le monde et a joué sur de nombreux lieux de conflit, à Kiev et à Donetsk, entre autres. Les Parisiens ont fait sa connaissance en janvier 2015, lorsqu'il avait posé son piano place de la République en hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo. Même s’il a l’habitude de jouer des heures entières dans des situations tendues, samedi devant le Bataclan, Davide Martello n’a pas pu rester :

« J’ai joué Imagine jusqu’au bout, mais je ne pouvais simplement plus continuer, bien que je voulais. Il y avait beaucoup trop d’émotion. »

Sur le même thème