Cristóbal Halffter, immense chef d'orchestre et compositeur espagnol, s'est éteint

Halffter était l'une des figures de proue de la "Generación del 51", un groupe d'artistes qui a bousculé et renouvelé le paysage musical espagnol.

Cristóbal Halffter, immense chef d'orchestre et compositeur espagnol, s'est éteint
Cristóbal Halffter était une figure emblématique de la musique contemporaine espagnole, aux côtés de Luis de Pablo, Carmelo Bernaola ou encore Joan Guinjoan, © Maxppp / Lavandeira jr/EFE/Newscom

Il était une figure incontournable de la musique contemporaine espagnole. Le chef d'orchestre et compositeur Cristóbal Halffter s'est éteint ce dimanche à l'âge de 91 ans, dans sa maison de Villafranca del Bierzo, dans la province de Castille-et-León en Espagne. 

Cristóbal Halffter naît le 24 mars 1930 dans une famille de musiciens. Ses oncles, Ernesto Halffter et Rodolfo Halffter Escriche, sont des compositeurs de renom. Alors qu'il n'a que 6 ans, sa famille se réfugie en 1936 en Allemagne, fuyant la guerre civile espagnole. Les Halffter reviennent trois ans plus tard à Madrid. Le jeune Cristóbal se met alors à étudier la composition au Conservatoire Supérieur de Musique de la capitale, notamment sous la houlette du compositeur Conrado del Campo. Il étudie également, en dehors du conservatoire, avec le Français André Jolivet et le compositeur français d'origine polonaise Alexandre Tansman

Au cœur de la "Generación del 51"

Halffter est l'une des figures de proue de la Generación del 51 : un groupe d'artistes hispanophones composé de Cristóbal Halffter donc mais aussi de Tomás Marco, Carmelo Bernaola, Joan Guinjoan, Luis de Pablo et Ramón Barce (une partie des membres ont fini leurs études en 1951, d'où le nom du groupe). Ensemble, ils publient un Manifeste, bousculent et modernisent le paysage musical espagnol. L'objectif est d'ouvrir une Espagne renfermée sur elle-même à cause de la dictature de Franco, de conserver l'essence de la musique espagnole tout en allant découvrir des musiques européennes contemporaines. Le Generación del 51 introduit notamment des techniques musicales telles le dodécaphonisme et le sérialisme.

Une musique sérielle reproduite par Cristóbal Halffter dans sa Sonate pour violon solo, en 1959. Le compositeur espagnol, en recherche perpétuelle d'innovation et d'inattendu, recourt également à la technique de musique dite aléatoire dans Formantes, en 1961, ainsi qu'à la technique électronique deux ans plus tard, dans Espejos. Il gagne grâce à ces pièces une réelle reconnaissance à l'étranger, tout en démocratisant la musique nouvelle en Espagne, par le biais notamment du groupe Nueva Musica (fondé à Rome). "Mon devoir, disait-il, est d'écrire une musique pour le public. C'est un devoir social. Rien ne m'épouvanterait plus que de m'enfermer dans une tour d'ivoire." En témoignent les titres évocateurs d'une série de pièces : Llanto por las víctimas de la violencia ou encore Requiem por la libertad imaginada.

En 1968, l'ONU charge Cristóbal Halffter de la commémoration musicale du vingtième anniversaire des Droits de l'Homme. Il compose à cette occasion le cantate Yes speak out yes, perçu par le compositeur lui-même comme étant une œuvre clé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Cristóbal Halffter, le chef d'orchestre

Cristóbal Halffter réalise également une brillante carrière de chef d'orchestre et de pédagogue. De 1955 à 1963, il est nommé chef d'orchestre de l'Orquesta Falla. Dans le même temps, il devient en 1961 professeur de composition et formes musicales au Conservatoire de Madrid. Nommé directeur du Conservatoire en 1964, il démissionne deux ans plus tard afin de se consacrer entièrement à son œuvre de compositeur et à sa carrière de chef d'orchestre. 

Il endosse aussi des responsabilités sur le plan institutionnel : président de la section espagnole de l'ISCM (Société internationale pour la musique contemporaine) pendant deux ans, de 1976 à 1978, Halffter est directeur artistique du studio de musique électronique acoustique de Fribourg-en-Brisgau de 1978 à 1983. En 1989, Halffter est promu chef principal de l'Orchestre national de Madrid. Le compositeur est en outre distingué à plusieurs reprises pour son travail : Prix Italia de la RAI, ou encore Médaille d'or du mérite des Beaux-Arts.

En 2000, à 70 ans, Cristóbal Halffter est toujours sur le devant de la scène musicale. La première de son opéra Don Quijote a lieu le 23 février, au Teatro Real. En décembre 2017, Cristóbal Halffter perd son épouse, la pianiste María Manuela Caro. Ensemble, ils ont eu trois enfants : Alonso, María et Pedro. Ce dernier a hérité de la passion de son père : Pedro Halffter est directeur artistique du Teatro de la Maestranza de Séville, chef principal et directeur artistique de l’Orchestre Symphonique de Séville ainsi que de l’Orchestre Philharmonique de Gran Canaria.