Coronavirus : les conservatoires s’organisent pour faire cours à distance

En cette période de confinement et de bouleversement de nos quotidiens à cause de l'épidémie de coronavirus, une mobilisation des équipes pédagogiques des conservatoires, en France et à l’internationale, se met en œuvre pour maintenir un lien avec les étudiants.

Coronavirus : les conservatoires s’organisent pour faire cours à distance
Image d'illustration, © AFP / Michèle Constantini / AltoPress / PhotoAlto

« Plusieurs professeurs ont déjà fixé des rendez-vous avec leurs élèves sur Skype ou Facetime », explique Aurélien Daumas-Richardson, directeur du CRR de Caen. A la différence de l’Education nationale, chaque conservatoire dépend de sa collectivité : il n’y a donc pas de directive générale sur la marche à suivre pendant la période de confinement. 

« Actuellement, les collectivités sont sous l’eau, c’est donc à nous de prendre l’initiative d’organiser un enseignement à distance », poursuit le directeur, qui note une réelle mobilisation des enseignants des conservatoires, à Caen, mais pas seulement. Les réseaux sociaux jouent là un rôle clé : le groupe Facebook « Enseignement artistique à distance » rassemble, depuis trois jours, près de 4000 professeurs.

Les cours collectifs

Or, assurer la continuité pédagogique est plus simple, logistiquement, pour un cours individuel – chant, instrument – que pour les cours collectifs. Comment enseigner la danse à distance par exemple ? « Pendant le confinement, les professeurs vont mettre l’accent sur la culture chorégraphique », précise Aurélien Daumas-Richardson. 

Cela tombe bien : de plus en plus de plateformes donnent un accès gratuit à leurs ressources en ligne, comme l’Opéra de Paris avec ses ballets. « Pour les élèves avancés, il s’agit de se maintenir en forme, pour que leur corps soit capable d’être mobilisé lorsque les cours reprendront. Là, le professeur a un rôle essentiel de coach et de conseils à distance, il aide l’élève à rester motivé. » Pour la formation musicale et les cours plus théoriques, les professeurs disposent de nombreux outils collaboratifs.

Recensement des outils numériques

L’association Conservatoires de France, qui regroupe des directeurs et directrices de conservatoires, a lancé un document partagé qui recense les différents outils disponibles et formats possibles (tutos, questionnaires en ligne, conférence visioconférence, classroom…), utiles aux enseignants pour organiser un enseignement en ligne et faciliter le lien avec les étudiants. 

Ce fichier sera mis à jour quotidiennement et des fiches pratiques sont en train d’être conçues. Matthieu Gauffre, directeur du CRD de Vannes, est à l’origine de ce document. « Les professeurs ne sont pas tous au courant des outils collaboratifs qui existent, en ligne. Certains conservatoires ont l’habitude de compléter l’enseignement traditionnel avec un suivi à distance, d’autres non. L’enjeu est de maintenir un lien avec les apprentis artistes. La pratique artistique peut aider pendant ces semaines qui s’annoncent compliquées » explique-t-il.

L’enseignement supérieur mobilisé

Et du côté de l’enseignement supérieur, où les enjeux, pour les étudiants, sont importants ? Dans les deux CNSMD, à Paris et à Lyon, les équipes cherchent à assurer la continuité pédagogique et l’heure est à la recherche de solutions. « La bascule vers l’enseignement à distance va se faire progressivement, dans la plupart des départements », peut-on lire sur le site du conservatoire de Paris. 

Même son de cloches du côté des pôles supérieurs : « Le plus important c’est que nos étudiants aient leur diplôme à la fin de l’année, insiste Brice Montagnoux, directeur de l’Institut d’enseignement supérieur de la musique Europe et Méditerranée (IESM), à Aix-en-Provence. Pour les cours à distance, j’ai d’abord sollicité l’avis du représentant des étudiants. Il faut s’assurer qu’ils disposent tous d’une bonne connexion, car beaucoup d’entre eux sont partis en rase campagne ! » 

La direction de l’IESM a demandé aux professeurs de maintenir un lien avec leurs élèves et des aménagements sont prévus pour les évaluations de fin d’année : « Les cours qu’on ne serait pas en mesure de décliner à distance ne seront pas comptés. »

De Milan à Montréal, les professeurs mobilisés

A Milan, le conservatoire Giuseppe-Verdi, l’un des plus fameux du pays, est l’un des premiers en Europe à avoir dû fermer ses portes. Les professeurs ont tout de suite basculé sur l’enseignement à distance, en optant pour des conférences vidéo collectives, auxquelles les étudiants répondent présent. 

A Londres le Royal College of Music a prévenu ses étudiants que des cours en ligne, individuels comme collectifs, allaient bientôt être mis en place. La plupart des évaluations seront maintenues, en ligne. A Berlin, toutes les bibliothèques universitaires sont désormais disponibles en ligne, gratuitement ; une mesure qui profite aux élèves de la Musikhochschule Hanns-Eisler. 

« Une petite équipe de professeurs travaille actuellement à la transformation numérique », nous confie-t-on, au sein de l’administration. A Montréal, l’Université McGill, connue pour son prestigieux département de musicologie, a annoncé que tous les cours pouvant être déclinés en ligne seront disponibles à compter du 30 mars.

De quoi s’assurer que le plus grand nombre d’étudiants puissent terminer, en grande partie ou en totalité, leur année en cursus supérieur.