Coronavirus : La 43e édition de Jazz in Marciac annulée

La 43ème édition de Jazz in Marciac, l’un des plus importants festivals de jazz au monde, est annulée en raison de la pandémie du coronavirus, a annoncé mercredi 22 avril son directeur « avec une très grande tristesse ».

Coronavirus : La 43e édition de Jazz in Marciac annulée
Manu Katché et Henri Texier sous le chapiteau de Jazz in Marciac 2017, © Radio France / David Abecassis

« Les risques de toute nature sont trop importants : une annulation dans la dernière ligne droite compromettrait bien plus qu’une édition du festival, elle mettrait en péril son existence même », a indiqué Jean-Louis Guilhaumon, directeur du festival Jazz in Marciac, qui annule sa 43e édition. 

Elle devait se dérouler du 24 juillet au 15 août à Marciac, petite localité gersoise considérée comme une des capitales mondiales du jazz pendant l'été.

« Beaucoup d’obstacles se dressent devant nous. Fermées, les frontières de l’espace Schengen empêcheraient tout à la fois d’accueillir de nombreux artistes et de recevoir du matériel indispensable pour l’organisation des concerts », a-t-il ajouté. « Concerts dont certains s’inscrivent dans des tournées internationales qui sont compromises, voire dès à présent annulées. D’autres problèmes de logistique se posent », a-t-il poursuivi.

Près de 60.000 spectateurs se sont pressés sous le chapiteau de 5.000 places en 2018, et le festival revendique environ 250.000 visiteurs chaque été, avec le off.

« Il y a surtout l’importance que nous accordons à la santé et à la sécurité de tous. À l’heure où je vous écris, nous ignorons si les mesures sanitaires prises permettront le retour à une vie normale durant l’été », a souligné le directeur du festival.

« En un mot, tous les éléments d'appréciation dont nous disposons à ce jour nous placent clairement dans une situation de cas de force majeure que l'État se refuse à acter, pour des raisons qui nous échappent, mettant ainsi en difficulté nos structures qui encourent le risque de ne plus être en capacité d'exister dans l’avenir », a-t-il relevé.

Souvent présenté comme une « démarche de résilience d'un territoire rural », le festival génère quelque 20 millions d'euros de retombées économiques.