Controverses autour de la vente d’une partition de Beethoven

Fin octobre, la maison Sotheby’s n'a pas réussi à vendre une partition de Beethoven dont l’authenticité était contestée par deux experts. Mais quelques jours plus tard, l’un de ces deux spécialistes a tenté de la racheter auprès de son propriétaire pour un prix extrêmement réduit...

Controverses autour de la vente d’une partition de Beethoven
Partition manuscrite de Beethoven, © Maxppp / JT Vintage

Le 29 octobre dernier, Sotheby’s battait tous les records en vendant la partition la plus chère de l’histoire, le manuscrit complet de la deuxième symphonie de Mahler, pour 4,54 millions de livres sterling. Mais lors de cette même soirée, la société de ventes aux enchères a eu moins de chance avec Beethoven, dont la partition de l’allegretto d’un quatuor à cordes n’a pas trouvé acheteur, et pour cause : l’authenticité du manuscrit, dont la mise à prix était de 200 000 livres, a été formellement contestée par deux experts, les professeurs Michael Ladenburger et Barry Cooper. Ces derniers affirment ne pas reconnaître les annotations du compositeur dont ils sont spécialistes, une controverse qui a eu un impact direct sur la vente selon, Sotheby’s.

De 200 000... à 757 livres sterling

La polémique ne s'arrête pas là. Le propriétaire de la partition, qui souhaite rester anonyme, a déclaré avoir été contacté par le spécialiste Michael Ladenburger dans les jours qui ont suivi la vente. Le musicologue aurait essayé de persuader le propriétaire de lui revendre le document pour 757 livres, soit près de 900 euros, pour le musée Beethoven Haus qu’il dirige à Bonn, en Allemagne. Interrogé par le journal britannique Telegraph, Michael Landenburger nie toute cette histoire, « je suis un expert reconnu, sérieux et indépendant. Cette accusation est tout simplement injuste et inacceptable », a-t-il déclaré.

Si cette affaire est avérée, cela constituerait un conflit d’intérêt selon le chercheur Otto Biba, directeur de la Société philharmonique de Vienne. Le spécialiste, qui a authentifié le document pour Sotheby’s, est certain que la partition est originale. Il souhaite désormais trouver des financements pour l’acheter à 150 000 livres, car selon lui, « tout y est typiquement Beethoven ».