Composer de la musique avec ses ondes cérébrales ?

Dimanche 9 février a été créée, lors du « Peninsula Arts Contemporary Music Festival » 2014, la pièce « Activing Memory » d’Eduardo Miranda. La partition de cette pièce avait la particularité d’être générée en temps réel, grâce à une machine qui convertissait les ondes cérébrales en notes de musique.

Composer de la musique avec ses ondes cérébrales ?
Capture du documentaire "Activing memory - First Experiment" de l'Interdisciplinary Centre for Computer Music Research (ICCMR)

Pas de crayon, pas de papier, pas de lignes, pas d’annotations griffonnées : Activing Memoryd’Eduardo R. Miranda est une pièce « pour quatuor à cordes et quatuor à interface cerveau-ordinateur ». Lors de la création de l’œuvre, dimanche 9 février, le Bergesen String Quartet interprétait en temps réel ce que composait le BCI-Quartet, un quatuor formé de personnes dont le cerveau était connecté à un ordinateur.

Professeur à l’Université de Plymouth, Eduardo R. Miranda était assisté dans sa quête de la « musique neurotéchnologique » par Joel Eaton, étudiant au Centre interdisciplinaire de recherche en musique par ordinateur de l’université de Plymouth. Ce dernier a réalisé la machine permettant de mettre une note sur l’onde cérébrale, traduisant la pensée en partition, comme en témoigne leur documentaire (en anglais).

« Aujourd’hui, je compose sur un ordinateur, en échangeant des crayons pour des pixels » : L.J. Rich, journaliste à la BBC, a testé ce dispositif unique de composition par ondes cérébrales, et a livré ses impressions au média britannique : l’électrode principale, placée à l’arrière de la tête, repère les ondes cérébrales du cortex visuel pendant que le compositeur se concentre sur l’un des quatre damiers qui apparaissent à l’écran. Il ne s’agit pas de créer des motifs musicaux directement à partir du cerveau, mais de choisir des motifs préexistants en fonction de la concentration sur les différents damiers.

Il ne s’agit donc pas d’un « outil de composition » à proprement parler, mais, selon les mots d’Eduardo Miranda, d’un outil « pour aider les compositeurs à travailler de manière différente ». Point de "HAL 9000" de la musique à l'horizon...

Ailleurs sur le web