Comment amener le public vers la création ?

Mis à jour le mardi 12 février 2019 à 10h58

Chaque année, à Radio France, le festival Présences fait la part belle à la création et à la musique contemporaine. Une musique jugée difficile d’accès pour une partie du public.

 Comment amener le public vers la création ?
Il faut « former le public et les interprètes de demain », © Getty / Mohamad Ridzuan Abdul Rashid

Qui dit musique contemporaine pense souvent public averti, de connaisseurs. Et si une certaine réticence persiste à l'évocation de cette musique, elle nous accompagne pourtant au quotidien, affirme Pierre Charvet. Compositeur, délégué artistique à la direction de la musique de Radio France, il est chargé du Festival Présences. « Il ne faut pas croire que le public n’a pas l’habitude d’entendre des choses différentes. La bande son de nos vies, des films, des jeux vidéo, ont habitué les oreilles à des tas de choses qui diffèrent de ce qu’on peut entendre dans la musique classique ou dans la chanson traditionnelle », déclare-t-il. « Il ne faut pas prendre les gens de haut, mais leur parler avec bienveillance et surtout il faut les inscrire dans une relation interactive avec la musique. »

Amener le public à la musique contemporaine, cela passe notamment par des ateliers pédagogiques, de la médiation, surtout auprès du jeune public, explique Pierre Charvet. Il faut « aller voir les enfants, leur faire faire des jeux musicaux interactifs à partir de cellules rythmiques ou mélodiques des œuvres qu’ils vont écouter en concert ». Ainsi, ils pourront découvrir l’œuvre « sous un autre jour », grâce à des éléments musicaux qu’ils connaîtront déjà. 

« Former le public et les interprètes de demain »

Pour Isabella Vasilotta, directrice artistique du Concours international de piano d’Orléans et de Brin d’Herbe, sa version junior ouvert aux candidats de 6 à 18 ans, former le public mais également les interprétés dès le plus jeune âge, c’est effectivement la clef. Consacrées au répertoire pour piano des 20e et 21e siècles, ces compétitions s’adressent aux  jeunes pianistes.  «  C’est impressionnant de voir à quel point les enfants n’ont pas d’a priori. Donc il est important de former les interprètes de demain mais aussi un nouveau public. »

En plus du concours, qui amène donc des jeunes à interpréter de la musique contemporaine, il y a des activités pédagogiques, des rencontres avec des professionnels, parfois les compositeurs avant le concert, pour expliquer les œuvres au public et « ouvrir la curiosité, l’écoute, les oreilles ».