"Choqués", "stupéfaits" : le monde de la culture belge vent debout contre les nouvelles jauges

À compter de ce lundi, tous les événements réunissant plus de 200 personnes sont suspendus en Belgique, alors que la cinquième vague de Covid déferle sur le pays. Le secteur de la culture accuse le coup.

"Choqués", "stupéfaits" : le monde de la culture belge vent debout contre les nouvelles jauges
Les directeurs des plus grandes maisons de la culture belges ont dénoncé la mesure, © AFP / François Walschaerts

Une mesure radicale pour endiguer la cinquième vague de Covid-19. À compter de ce lundi, en Belgique, tous les événements de plus de 200 personnes sont interdits. Exception faite des activités sportives (sans public), des mariages et des funérailles. L'annonce a été faite vendredi par le Comité de concertation, qui rassemble les différents niveaux de gouvernement belge. Le port du masque et le Covid Safe Ticket (le passe sanitaire belge) seront eux obligatoires dès cinquante personnes.

La décision a immédiatement provoqué le courroux du monde de la culture, déjà éprouvé par la pandémie. Les directeurs des plus grandes maisons de la culture belges (la Monnaie, le Palais des Beaux-Arts, l'Orchestre national, le Théâtre national et le Théâtre royal flamand) se sont fendus d'un communiqué commun virulent. "Nous nous opposons catégoriquement aux mesures qui ne visent qu’à créer une fausse perception. Nous avons le sentiment d’être sacrifiés pour permettre à d’autres secteurs de rester ouverts", estiment-ils. Tout en dénonçant une "jauge maximale" qui n'a "pas de sens, car chaque salle est différente, et la somme de 200 personnes représente dans certaines maisons la moitié de la capacité totale et dans d’autres, seulement un sixième."

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Nous tenons à affirmer qu’il est impossible pour nous de réaliser à nouveau des investissements dans le but de jouer pour un maximum de 200 spectateurs. Cette mesure est insensée mais également économiquement irréalisable après une année de perte de revenu continue" - les directeurs de la Monnaie, Bozar, de l'ONB, du TNWB et du KVS

Des décisions "extrêmement dommageables"

L'Opéra Royal de Wallonie-Liège - où l'ambiance n'est déjà pas au beau fixe - fait de son côté part de sa "stupéfaction" et de son "incrédulité" : "Les décisions d’aujourd’hui, prises en dépit de nombreuses études réalisées en Europe ces derniers mois qui montrent que les salles de spectacle ne sont pas des lieux de transmission du virus, sont pour nous extrêmement dommageables à l’exercice des métiers de la culture, mais également à la mission éducative des institutions culturelles." L'Opéra de Liège est ainsi contraint de réduire les jauges des représentations d’Otello de Rossini, qui débutent le 19 décembre prochain.

Des milliers de manifestants, 8.000 selon la police, se sont rassemblés hier dans les rues de Bruxelles pour protester contre la gestion de la crise sanitaire en Belgique, deux semaines après une précédente mobilisation qui avait dégénéré en violences. Les manifestants dénoncent les obligations imposées à la population depuis le début de la pandémie pour limiter les contaminations, comme le passe sanitaire rendu obligatoire pour accéder à certains lieux.