Capuçon, Chamayou : la direction artistique du concours Long-Thibaud-Crespin quitte le navire

Mis à jour le vendredi 20 août 2021 à 17h30

Renaud Capuçon, Bertrand Chamayou et Dominique Meyer sont partis en même temps qu’une partie de l’équipe administrative. En janvier, la direction du concours avait annoncé l’annulation de la compétition de violon, faute de pouvoir l’organiser correctement.

Capuçon, Chamayou : la direction artistique du concours Long-Thibaud-Crespin quitte le navire
La Lettre du Musicien évoque des problèmes de financement et d’organisation au sein de la structure, qui auraient joué un rôle dans le départ de l’équipe dirigeante, © AFP / Joël Saget

Petit séisme à la tête du concours Long-Thibaud-Crespin. Les membres de la direction artistique ont démissionné de leurs postes respectifs, indique La Lettre du Musiciendans un article publié mercredi. La compétition – qui voit se succéder sur trois ans un concours de chant, de violon et de piano – perd ainsi Dominique Meyer (directeur actuel de la Scala de Milan), Renaud Capuçon et Bertrand Chamayou. Ils ont remis leur démission fin janvier, et partent en même temps qu’une partie de l’équipe administrative. Un nouveau comité artistique prendra le relai pour que le concours, dont la dernière édition s’est tenue il y a maintenant trois ans, continue à vivre.

En effet, depuis le début crise sanitaire, ce sont d’abord les épreuves de chant de 2020 qui n’ont pas pu avoir lieu avant que la direction n’annonce, en janvier 2021, l’annulation de la compétition de violon faute de pouvoir l’organiser correctement. La raison invoquée : impossible dans les conditions de la crise d’aller auditionner des instrumentistes dans le monde entier et de les faire venir ensuite en France. La Lettre du Musicien évoque également des problèmes de financement et d’organisation au sein même de la structure, qui auraient joué un rôle dans le départ de l’équipe dirigeante.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"J'ai souhaité passer à autre chose. J'ai essayé cette aventure, je souhaite beaucoup de succès à nos successeurs. Avec Dominique Meyer et Renaud Capuçon, ça n'a pas vraiment correspondu à nos attentes", expliquait ce jeudi Bertrand Chamayou sur France Musique, invité de Christophe Dilys dans l'Agenda de l'été. "Je n'ai jamais été vraiment convaincu par les concours, même si dans certains cas, comme avec Alexandre Kantorow et Jonathan Fournel, qui ont eu de très beaux succès, les concours ont permis de les révéler encore plus. À part de rares exceptions, pour les concours, je trouve dommage que l'on ne prenne pas vraiment le temps de savoir à qui on a affaire."

Un concours prestigieux

Pour rappel, la première édition du concours a eu lieu en 1943. Elle est organisée par deux musiciens de renom, Marguerite Long pour le piano et Jacques Thibaud pour le violon, comme un défi, au beau milieu de la guerre. Très vite, le concours, qui a promu des interprètes comme Samson François, Michèle Auclair ou encore AldoCiccolini, est reconnu à l’international. Les candidats affluent du monde entier. En 2010, le nom de la cantatrice Régine Crespin vient s’ajouter au titre de la compétition et le concours se réorganise pour se dérouler sur trois années, alternant piano, violon et chant.  

En 2019, l’édition consacrée au piano s’était tenue en grande pompe à la salle Cortot et à l’auditorium de Radio France devant par un jury prestigieux (on y trouvait entre autres Martha Argerich et Anne Queffélec), permettant à des pianistes déjà chevronnés de se faire remarquer. Depuis, les difficultés semblent s’accumuler. Souhaitons néanmoins que cette année se montre plus clémente pour le concours, qui doit souffler en 2023 ses 80 bougies.