Bertrand Tavernier, « J’engageais les compositeurs avant que le scénario ne soit véritablement écrit »

Les 11, 12 et 13 janvier 2019, Radio France donne carte blanche au cinéaste et critique Bertrand Tavernier, pour un weekend de concerts autour de la musique de film.

Bertrand Tavernier, « J’engageais les compositeurs avant que le scénario ne soit véritablement écrit »
Bertrand Tavernier, © Maxppp / Darek Szuster L' Alsace

Le cinéaste, critique et grand mélomane Bertrand Tavernier a imaginé tout un weekend de musique et de voyage dans l’histoire des bandes originales pour Radio France. Organisé du 11 au 13 janvier 2019 à la Maison de la Radio, il débutera par une soirée De Tati à Godard, au cours de laquelle Alexandre Desplat se verra remettre un Prix France Musique - Sacem de la Musique de film pour l’ensemble de sa carrière. On pourra également entendre, en création, Hail the Superheroes, la nouvelle œuvre d’Anne Dudley, lauréate 2017 du Prix. 

« Cette idée de Carte blanche est d’abord née de l’impression que j’avais depuis des années que les compositeurs de musique de films dans le cinéma français étaient les grands méconnus, les grands oubliés par les historiens, les critiques, et le monde discographique ». Bertrand Tavernier explique avoir fait part, à plusieurs reprises, de cet amer constat dans la presse, avant d'être contacté par Michel Orier, Directeur de la musique et de la création culturelle à Radio France, « il m'a dit qu'on pouvait le faire avec les orchestres de Radio France, tout à coup le ciel s’est illuminé ». 

Un lien essentiel avec les compositeurs de musique de film 

Durant toute sa carrière, Bertrand Tavernier raconte avoir entretenu un lien très fort avec les compositeurs des musiques de ses films, lui qui a travaillé avec Philippe Sarde, Bruno Coulais ou encore Antoine Duhamel : « J’ai toujours engagé les compositeurs avant que le scénario ne soit véritablement écrit. Je leur donnais toutes les versions. Je n’aurais jamais pu envisager contacter un compositeur en lui montrant le film monté et terminé. J’avais besoin de les écouter, juger sur les rushs. »

Leur musique a ainsi influencé l’évolution de ses scénarios, comme celle du Juge et l'Assassin « enregistrée avant qu’on tourne, elle m'a inspiré des plans, des paysages. » A l'inverse, Bertrand Tavernier a pu formuler des idées d’orchestration, « pour L.627 j'ai dit à Philippe Sarde que je voulais un mélange d’instruments baroques et de musiciens de jazz, de rock. Donc on avait une viole de gambe, un luth et une batterie rock. Pour Coup de Torchon c’était Carla Bley qui dialoguerait avec Maurice Jaubert et Duke Ellington ».

« Avec La Grande Illusion, j’ai compris à quel point la musique était importante pour me faire passer un sentiment ». 

Pour cette première soirée intitulée De Tati à Godard, les œuvres ont été choisies par Betrand Tavernier, le spécialiste de musique de film Stéphane Lerouge et le compositeur pianiste et chef d’orchestre Bruno Fontaine. C’est lui qui dirigera l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Parmi les pièces proposées il y aura des créations, notamment celle de la musique de La Grande illusion.

Sa partition a été reconstituée par Bruno Fontaine d’après des extraits du film de Jean Renoir. Ses notes signées Joseph Kosma ont été déterminantes dans la vie  Bertrand Tavernier : « J’ai tout d’un coup été emporté par cette musique et j’ai immédiatement revu la fin pour la. J’avais 13 ou 14 ans et c’est là que j’ai compris, sans arriver à le formuler, à quel point la musique était importante, pas seulement pour me vendre une scène mais me faire passer un sentiment. »

Dans le film de Renoir « c’était en l’occurrence un sentiment d’espoir, d’ouverture vers le monde, pourtant ravagé par la guerre. Tout d’un coup, ses personnages allaient vers la liberté et peut être vers la paix. Cette musique contenait ça, elle allait au-delà du dialogue. » 

Au cours de cette même soirée, on pourra également entendre la musique de Michel Legrand pour Rafle sur la ville. Ce concert sera diffusé en direct sur France Musique. Et le lendemain l’Orchestre National de France interprétera entre autres les musiques de La Belle et la bête de Cocteau ou encore celle des Enfants du Paradis