« Au moins trois spectacles » seront annulés la saison prochaine à l’Opéra de Paris

Stéphane Lissner, directeur de l’Opéra de Paris, a annoncé sur France Info l’annulation de trois nouvelles productions la saison prochaine pour réduire les pertes de l’institution qui s’élèvent à plus de 16 millions d’euros depuis le début de la grève.

« Au moins trois spectacles » seront annulés la saison prochaine à l’Opéra de Paris
Stéphane Lissner sur le plateau de L' invité éco de France Info, © Capture d'écran / France Info / Radio France

Invité éco de Jean Leymarie sur France Info le mercredi 5 février, Stéphane Lissner a annoncé des mesures d’économie pour réduire les pertes de l’Opéra de Paris qui s’élèvent à 16 millions d’euros depuis le début de la grève. 

« Je serai obligé de prendre des mesures assez fortes qui devront être en mesure, non pas de nous ramener à l'équilibre, mais de diminuer le déficit prévisionnel », a déclaré le directeur de l’Opéra, qui annonce « des économies assez drastiques à l'intérieur de tous les services », et la forte diminution des « investissements dans les 3 ou 4 prochaines années ». 

Ainsi, le directeur de l’Opéra de Paris déclare « être contraint d'annuler des nouvelles productions qui sont prévues pour la saison  2020/2021 ». Sur la prochaine saison, « au moins trois spectacles » seront annulés et remplacés. Il ajoute qu’il devrait être en mesure d’annoncer quelles productions sont concernées à la fin du mois de février. 

« Une grève perlée »

Le mouvement de grève n’est « pas terminé » à l’Opéra de Paris, affirme Stéphane Lissner, lorsque Jean Leymarie lui pose la question. D'autres représentations pourraient être annulées, comme celles de ce jeudi 6 février, « puisqu'il y a une mobilisation nationale. La position aujourd'hui de l'intersyndicale, c'est de faire des grèves sur les premières de chaque spectacle et lorsqu’il y a un appel à manifester au niveau national », explique le directeur. « Ce n'est plus une grève continue illimitée, comme nous l'avons connue jusqu'au 23 janvier. C'est une grève perlée ».

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Paramétrer les cookies

« Une nouvelle séquence »

Le directeur défend la spécificité de certains métiers comme ceux des danseurs et des techniciens, dont les contraintes « ne permettent pas d’aller au-delà d’un certain âge ».  Les danseurs, qui sont aujourd’hui à la retraite à 42 ans « vont pas danser plus longtemps », déclare Stéphane Lissner.

L’heure est selon lui à la négociation, « le ministre a reçu l’ensemble des organisations syndicales en ma présence et il a rappelé l’attachement de l’Etat vis-à-vis de l’exigence artistique de cette entreprise. Il rappelle qu’il accompagnera financièrement les mesures nécessaires pour adapter la réforme actuelle voulue par le gouvernement. » Et de conclure, « je pense aujourd’hui qu’on devrait rentrer dans une nouvelle séquence. Si nous n’entrons pas dans cette nouvelle séquence, la situation deviendrait véritablement catastrophique » .