Au Festival de la Roque d'Anthéron, la Nuit du piano, suite

Parfois, les journées au Festival de piano de La Roque d'Anthéron s’éternisent, et notamment lorsque les concerts s’enchaînent tard. C'était le cas avec la Nuit du piano, toute en préludes, que nous avons testée pour vous. Suite du reportage sur cette journée sans fin...

Au Festival de la Roque d'Anthéron,  la Nuit du piano, suite
La Roque, flèche

Nous sommes en fin d’après-midi, La Roque d’Anthéron se prépare pour la Nuit du piano dans le cadre de son 34e Festival International. C’est la première des trois nuits programmées cette année : ce 22 juillet, le pianiste Abdel Rahman El Bacha jouera 72 préludes de trois compositeurs différents : Bach, Chopin et Rachmaninov,mis en perspective dans leur intégralité. Un concept inauguré depuis quelques années par le Festival, et qui est en quelque sorte un voyage initiatique à travers un répertoire.

Voyage initiatique, parce que la Nuit de …. est un sport extrême pour tous les participants : l’artiste en premier lieu, qui présente un programme d’une durée moyenne de trois heures, articulé autour d’un point de départ du répertoire pour clavier. Le public ensuite, parce que la nuit de…demande de rester assis en plein air et concentré sur un programme pendant trois heures (les entractes viennent quand même en aide à la digestion), sauter le dîner et s’exposer à la fraîcheur nocturne (on y était), ce qui demande quand même pas mal de motivation. Et le dernier point : les équipes du Festival, sollicitées pendant toute la soirée, parce qu’autour de la Nuit qui se passe sur scène, une vraie micro-infrastructure est montée le temps d’un soir dans le Parc du château de Florans.

La Roque 2014, camions
La Roque 2014, camions

Cherchez la vraie star de la soirée...

Les préparatifs pour ce marathon commencent, évidemment, bien en amont dans la journée.
Abdel Rahman El Bacha, pianiste franco-libanais, se rend dès le matin à l’atelier du piano, pour une première rencontre avec l’instrument qu’il a choisi pour le concert. Il fait partie du parc des instruments qui passent leur été sur place, et qui permettent aux artistes de disposer d’une belle palette de couleurs et de sonorités pour mettre en valeur différents programmes. Cette première étape est présidée par le gardien du temple, comme tout le monde l’appelle affectueusement, le technicien principal et accordeur Denijs de Winter, maillon indispensable du Festival depuis 30 ans, qui accompagnera l’artiste et son instrument tout au long de la journée et pendant tout le concert, comme nous l’explique Alice Combre, responsable de production à Pianomobile, partenaire du Festival :

Chaque instrument du Festival a été minutieusement choisi. Pour les facteurs, ce moment de l’année est aussi une plateforme importante pour la valorisation de nouvelles marques :

La Roque,parc
La Roque,parc

En fin d’après-midi, le parc s’anime.

Les premiers spectateurs arrivent ; on pique- nique en famille - la soirée s'annonce longue. Les équipes de la régie et les bénévoles sont sur le pont : ils ont installé les stands qui proposeront pendant toute la soirée, T-shirts, sacs, cds, livres, ponchos imperméables et autres plaids au public qui remplit petit à petit les accès à la scène. Tout a été prévu : l'équipe de secouristes comme la navette pour les personnes à mobilité réduite. Un tracteur ramène l’autre vedette de la soirée : un majestueux Bechstein de concert, un piano rare en France, à la sonorité boisée et douce. Les gradins se remplissent vite : ce sont les bénévoles, 120 au total, qui assurent l’accueil et le placement, dans une chorégraphie bien orchestrée.

La Roque, public
La Roque, public

C’est Denijs de Winter qui jette un dernier œil sur le piano : il est fin prêt à accueillir son pianiste. Abdel Rahman El Bacha entre en scène : la première partie de la Nuit du piano est lancée.

La Roque, concert
La Roque, concert

Abdel Rahman El Bacha (Photo : Christophe Grémiot)

Les équipes sur le pont

Au bout d’une heure, le premier cycle de 24 préludes est achevé. Je constate avec étonnement que le public se dirige derrière la scène et je suis le mouvement : quelques mètres plus loin, sous les platanes, une cantine improvisée accueille les spectateurs. Les bénévoles font le contrôle à l’entrée : une option plateau-repas est proposée aux spectateurs lors de l’achat du billet pour le concert.

La Roque, restauration
La Roque, restauration

Michel est bénévole depuis plusieurs années. C’est un fidèle du Festival : il aime côtoyer les artistes et écouter les concerts, tout en faisant partie de l’équipe de l’organisation. Ecouter, mais d’une oreille seulement : la restauration pendant l’entracte de la Nuit du piano est le moment stratégique pour les bénévoles qui gèrent son fonctionnement. Ils doivent servir 460 repas, et veiller que les spectateurs ne s’attardent pas trop. Une fois le début de la deuxième partie du concert annoncé, ils ont vingt minutes pour tout débarrasser. Les risques du métier ? Quelques commentaires désobligeants, répond-il avec le sourire. Il y en a toujours qui trouvent quelque chose à redire…

La Roque, Michel
La Roque, Michel

Sur la scène, Denijs de Winter ausculte le piano. Tout a l’air de bien se passer. La veille, lors d'un autre récital, une corde a éclaté. Il l’a remplacé sans perdre son sang froid en une vitesse record. Il est là pour ça…

La Roque, Denis de Winter
La Roque, Denis de Winter

A 22h, Abdel Rahman El Bacha attaque la deuxième série de préludes. Les spectateurs sont toujours au rendez-vous, mais il fait bien plus frais que tout à l’heure…on pense aux plaids disponibles sur les stands. Ce sera pour l’entracte…

Soudain, tout près de moi, un téléphone portable se déclenche. Je me rends compte que l’acoustique est vraiment excellente ; en moins de trois secondes, tout le monde l’a entendu. La personne n’essaye pas de l’étendre, mais serre très fort son sac sur la poitrine. Et la sonnerie s’entête…Elle me regarde, l’air désemparé, excusez-moi…Ce n’est pas moi qui joue, j’ai envie de lui répondre…

La troisième partie du concert est suivie par bien moins de spectateurs : les plus petits sont majoritairement rentrés, ceux qui avaient trop froid, aussi. Abdel Rahman El Bacha se livre avec toujours autant de passion et de générosité. Chapeau.

La Roque, signature
La Roque, signature

Jusqu'au bout de la nuit

A minuit précis, la dernière note retentit. Je suis soulagée pour l’artiste, en pensant qu’après un tel exploit intellectuel et physique, il pourra enfin souffler. Eh bien, non, parce qu’il enchaîne sur une séance de signatures sur le stand voisin. Admirable, il prend le temps d’échanger quelques mots avec chacun. « C’est la tradition du Festival », me souffle à l’oreille une dame de l’équipe. J’attends patiemment mon tour ; le pianiste a accepté de me dire quelques mots à la sortie du concert…

Le tracteur passe dans l’allée principale, traînant la remorque avec le piano dessus. Lui aussi, il rentre pour une nuit de sommeil bien méritée. Cette fois-ci, la journée est bel et bien finie.

La Roque,tracteur
La Roque,tracteur

⇒ A suivre au Festival du piano de La Roque d'Anthéron : la Nuit du piano de Mikhail Pletnev, le 5 août et la Nuit du jazz, le 11 août ⇒ Magazine et concerts en direct du Festival du piano de La Roque d'Anthéron sur France Musique à partir du 11 août

Sur le même thème