Après l’Estonie, Malte offre l’apprentissage de la musique en ligne à tous ses citoyens

A l'heure où l'éducation musicale en France peine à survivre, certains gouvernements de nos voisins européens en font une cause nationale.

Après l’Estonie, Malte offre l’apprentissage de la musique en ligne à tous ses citoyens
La Valette

C’était une grande première dans le monde : en décembre dernier, l’Estonie a financé l’accès libre à la formation musicale pendant un mois à l’encontre de tous ses citoyens, et accessible via la plateforme de sensibilisation musicale Meludia, une jeune start-up française. A partir d’aujourd’hui, c’est Malte qui suit l’exemple de l’Estonie : les 425 000 habitants de ce petit état peuvent accéder gratuitement à Meludia, pour une période initiale de trois ans. Un partenariat porté par le ténor maltais Joseph Calleja, qui a su convaincre le premier ministre maltais Joseph Muscat pour un déploiement national.

« Nous sommes heureux de bénéficier du soutien de Joseph Calleja qui, grâce à sa vision et sa détermination, a rendu ce projet possible. Cette initiative va permettre de sensibiliser un pays entier à l’importance de l’éducation musicale dans le développement de chaque être humain. », a commenté ce nouveau partenariat Bastien Sannac, président de Meludia.

De plus, le gouvernement maltais veut favoriser la sensibilisation à la musique dans différents domaines de la société. Selon le communiqué de presse, Meludia sera déployée dans sa version maltaise dans les écoles publiques et privées, les écoles de musique, à l’université, dans des maisons de retraite, les hôpitaux et les prisons, comme par exemple auprès des patients de l’unité oncologique pédiatrique de l’Hôpital The Sir Anthony Mamo.

Des équipes de la start-up vont se rendre sur place pour assurer une formation dans tous les domaines qui seront amenés à utiliser Meludia dans l’enseignement, la médiation ou la musicothérapie.

Sur le même thème