Après 26 ans de silence, une violoniste joue… avec son cerveau

Grièvement blessée dans un accident de voiture, la violoniste Rosemary Johnson a dû attendre 26 ans et de nouvelles technologies révolutionnaires pour jouer à nouveau grâce à son cerveau.

Après 26 ans de silence, une violoniste joue… avec son cerveau
©Corbis

Rosemary Johnson a presque tout perdu en 1988 dans un accident de voiture : après sept mois de coma la voix, la plupart de ses mouvements… et donc la possibilité de de jouer du violon, alors qu’elle faisait partie de l’Orchestre de l’opéra national du Pays de Galles.

Après 26 ans de silence, Rosemary Johnson, aujourd’hui âgée de 50 ans, peut enfin de nouveau vivre sa passion de la musique, grâce à un projet révolutionnaire mené par l’Université de Plymouth et l’hôpital royal pour les troubles neurologiques, à Londres. En connectant son cerveau à un ordinateur qui traduit son activité en lumières, la violoniste peut sélectionner les notes qui seront ensuite jouées par des musiciens. Elle peut également faire varier le rythme et le volume des interprètes.

Le processus avait déjà été théorisé il y a deux ans dans le projet « Activing Memory » d’Edouardo R. Miranda. Le professeur, compositeur, et directeur du Centre interdisciplinaire pour la recherche musicale assistée par ordinateur à l’Université de Plymouth est très ému de cette réussite : « au premier essai avec Rosemary, nous étions en larmes. Nous pouvions sentir sa joie d’être en mesure de jouer de la musique », selon ses mots rapportés par le Dailymail. Selon la mère de Rosemary Johnson, l’expérience est concluante : « la musique est sa seule motivation… Cela lui fait un bien fou ».

Sur le même thème