Annulation de Jazz in Marciac : "chaque jour qui passe nous engageait davantage en termes de dépense"

Invité de Musique Matin ce vendredi 24 avril sur France Musique, Jean-Louis Guilhaumon, directeur artistique et président du festival Jazz in Marciac, est revenu sur l'annulation de la 43e édition qui devait se tenir du 24 juillet au 15 août.

Annulation de Jazz in Marciac : "chaque jour qui passe nous engageait davantage en termes de dépense"
Jean-Louis Guilhaumon, directeur artistique du festival Jazz in Marciac et maire de la ville , © AFP / ERIC CABANIS

Jean-Louis Guilhaumon, directeur artistique du festival Jazz in Marciac, était l'invité de Jean-Baptiste Urbain dans Musique Matin ce vendredi 24 avril. Il est revenu sur la décision d'annuler la 43e édition du festival qui devait se tenir du 24 juillet au 15 août. "Nous avons été parmi les derniers organisateurs de festival à nous prononcer, a t-il expliqué. Nous avons attendu pour disposer du maximum d'éléments avant de prendre cette décision extrêmement difficile. Nous avons choisi cette solution face au climat d'incertitude dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui, et qui ne permet pas aux organisateurs de mettre en oeuvre notre manifestation dans de bonnes conditions de sécurité technique et sanitaire".

A la question de savoir si le festival ne pouvait pas attendre encore un peu avant de prendre cette décision, Jean-Louis Guilhaumon a répondu "qu'à cette période, chaque jour qui passe nous engageait davantage en termes de dépenses". Une décision prise "la mort dans l'âme" pour tenter de limiter la casse économique et permettre au festival de tenir bon pour les futures éditions. 

Cette annulation est un coup dur pour Jazz in Marciac, un festival qui vit essentiellement des recettes de la billetterie. "70% de nos ressources proviennent directement du public, a précisé le directeur du festival. Les aides publiques de l'Etat et des collectivités représentent % et nos partenaires nous apportent un volume d'aides à hauteur de 20%. Nous allons nous mobiliser très fortement et nous allons essayer de faire appel à la solidarité de l'ensemble de nos partenaires. C'est un festival qui est bien installé dans le paysage culturel français et j'espère que cela pourra permettre la mobilisation de toutes les solidarités en sa faveur". 

En plus de ses fonctions de directeur artistique et président du festival, Jean-Louis Guilhaumon est également maire de Marciac et vice-président de la région Occitanie en charge du tourisme. Il mesure donc très bien les pertes économiques importantes pour le territoire que représente l'annulation. "Pour la ville et les alentours, ce sont 20 millions d'euros de pertes et ce n'est pas rien pour un territoire rural. Mes pensées vont également vers tous ces acteurs de l'économie locale, les hôtels, les restaurants, les hébergeurs, tous ceux qui mettent tout en oeuvre pour accueillir chaque année 250 000 personnes. Ce sera extrêmement difficile pour l'économie du territoire" déplore-t-il.

Jean-Louis Guilhaumon a également eu une pensée pour les artistes "eux-mêmes très touchés par cette pandémie. Beaucoup d'entre eux ont vu leurs tournées subir un certain nombre d'annulations". Devaient se produire cette année Marcus Miller, Herbie Hancock, Lenny Kravitz ou encore Ibrahim Maalouf. 

Enfin, le directeur artistique a expliqué que plusieurs solutions étaient envisagées pour tenter de faire vivre le festival d'une façon ou d'une autre. "Le numérique fait partie des options. Mais avant de prendre la moindre décision, nous attendons d'en savoir plus quant aux conditions de mise en place de ces initiatives. Nous regardons du côté de l'Etat pour savoir ce qui sera autorisé et ce qui sera interdit". 

France Musique, partenaire du festival Jazz in Marciac, retransmettra cet été les plus beaux concerts des éditions passées.