Annie Cordy, chanteuse, comédienne, grande artiste du music-hall, est décédée à l'âge de 92 ans

Mis à jour le samedi 05 septembre 2020 à 16h40

Connue pour sa joie communicative, sa vie à 100 à l'heure, Annie Cordy, s'est éteinte vendredi 4 septembre 2020 à l'âge de 92 ans. Chant, danse, music-hall, comédienne, Annie Cordy est une artiste aux multiples talents.

Annie Cordy, chanteuse, comédienne, grande artiste du music-hall, est décédée à l'âge de 92 ans
Annie Cordy, chanteuse, meneuse de revue, comédienne, est décédée à l'âge de 92 ans vendredi 4 septembre 2020. , © Getty / Eric Fougere

Nous la connaissions tous, entre autres, pour ses célèbres chansons "Tata Yoyo" ou "La Bonne du Curé", mais Annie Cordy n'était pas qu'une chanteuse populaire. Tour à tour meneuse de revue, danseuse, comédienne, chanteuse, Annie Cordy, de son vrai nom Léonie Cooreman, est décédée vendredi 4 septembre 2020 à l'âge de 92 ans, à Vallauris, près de Cannes, a indiqué sa nièce Michèle Lebon à l'AFP.

"J'ai plusieurs casquettes mais je pense que je suis surtout une bonne humeur", s'exclamait l'artiste belge à la carrière exceptionnelle. Sept cents chansons, des millions de disques vendus, plus de 4.000 galas à travers le monde, une dizaine d'opérettes et de comédies musicales et des dizaines de films.

L'émission Tour de chant lui rend hommage les dimanches 6 & 13 septembre. 

Des débuts au music-hall

Née le 16 juin 1928 à Laeken, en Belgique, Léonie Cooreman reçoit une solide une formation en danse classique, piano et solfège. La jeune Léonie Cooreman enchaîne les radios-crochet puis décroche très vite ses premiers contrats dans de prestigieuses salles en Belgique, telle que l'Ancienne Belgique ou Le Boeuf sur le toit à Bruxelles, en tant que meneuse de revue.
Rapidement remarquée, elle rejoint le Lido à Paris en 1950 et prendra son nom d'artiste Annie Cordy. C'est à cette époque qu'elle rencontre son futur mari François-Henri Bruneau et manager durant plus de 40 ans.

De l'opérette à la comédie musicale

L’opérette Tête de Linotte en 1957, Visa pour l’Amour avec Luis Mariano de 1961 à 1964, et Ouah ! Ouah ! avec Bourvil en 1965, Annie Cordy enchaîne les succès. En 1967, elle créa Pic et Pioche avec le compositeur et partenaire Darry Cowl.

La version française d’Hello, Dolly ! créée en 1972, lui permet de recevoir l’Award de la meilleure show-woman européenne. En 1976, Annie Cordy est la principale interprète de la comédie musicale Nini la Chance qui lui valut un grand succès. 

"Nini La Chance, on m'a toujours appelée comme ça.
Ma veine à moi, c'est d'prendre la vie, comme elle va.
Nini La Chance, Nini La Chance. Quoi qu'il m'arrive je me dis, c'était écrit.
Et que ce soit sous le soleil ou sous la pluie
Je suis ma route avec mon petit grain d'folie.
Nini La Chance, Nini La Chance.
La vie est belle quand on y croit comme moi."

Une chanteuse populaire

Durant près de 40 ans, Annie Cordy a transmis sa joie de vivre communicative à travers ses chansons enjouées : La Bonne du Curé, Tata Yoto, Cho Ka Ka O, Le Kazou... 

"J'endosse l'étiquette de chanteuse rigolote, le public m'aime pour ça, grâce à Dieu je n'ai jamais été un sex-symbol", disait AnnieCordy, première femme à recevoir le prix Moutarde à Dijon en 1965, pour le piquant de sa personnalité artistique.

Actrice de cinéma et de télévision

Le cinéma et la télévision repèrent vite ses innombrables talents et lui proposent des rôles dramatiques, loin de son image joviale. 

Après avoir fait ses premiers pas au cinéma dans le film "Si Versailles m'était conté" en 1953 de Sacha Guitry en chantant "Bal à Trianon" elle s'attaque à des rôles dramatiques comme dans le film "Le Chat" de Pierre Granier-Deferre en donnant la réplique à Jean Gabin, puis dans "Le Passager de la pluie" de René Clément, "La Rupture" de Claude Chabrol et plus récemment en 2015 dans le rôle d'une grand-mère fugueuse dans "Les souvenirs" de Jean-Paul Rouve. 

Une artiste entre la France et la Belgique

Malgré son grand succès en France, Annie Cordy n'a jamais oublié son pays d'origine, la Belgique."La France est mon pays et la Belgique ma patrie", disait-elle.  

Et la Belgique le lui rend bien. Anoblie par le roi des Belges qui l'a faite baronne en 2004, Annie Cordy s'est aussi vu donner son nom à un square à l'occasion de ses 90 ans en 2018. "Cela fait un effet incroyable d'être ainsi reconnue par les siens", avait déclaré l'artiste à l'AFP, très émue par cet hommage dans son pays natal.

Sophie Wilmès, Première ministre de Belgique rend hommage à "une artiste accomplie dont l'humour et la joie de vivre représentaient si bien cette "belgitude" que l'on aime tant."

"Pour beaucoup de Français, cette cousine venue de Belgique était une présence familière, chaleureuse, amicale, qui donnait de la légèreté à leur vie", a réagi de son côté le ministère de la Culture français

A réécouter

Etonnez-moi Benoît avec Annie Cordy du 29 mai 2010

Etonnez-moi Benoît avec Annie Cordy du 5 juin 2010

Des Nuits noires de monde avec Annie Cordy du 24 mars 2010