Anna Netrebko sur le devant de la scène… diplomatique

La soprano Anna Netrebko a fait don d’un million de roubles à l’Opéra-Théâtre de Donetsk et a posé pour une photographie avec le leader séparatiste Oleg Tsarev, s’exposant à de vives critiques dans le monde musical.

Anna Netrebko sur le devant de la scène… diplomatique
La soprano Anna Netrebko avec le leader séparatiste ukrainien Oleg Tsarev et le drapeau de Novorossia

Un million de roubles (soit près de 15 000 euros) et une photographie avec le leader séparatiste ukrainien Oleg Tsaryov et le drapeau de Novorossia (Etat non reconnu couvrant le territoire du Donbass, en Ukraine, et réclamant son indépendance): en une soirée, Anna Netrebko s’est placée dans une situation diplomatique inconfortable.

La soprano, qui conserve la double nationalité Russe et Autrichienne, réfute toute motivation politique dans ce don, et explique « j’ai des amis à Donetsk, de jeunes musiciens qui m’ont dit que le théâtre est en partie détruit. J’ai voulu aider mes amis artistes avec ce don, car je crois au pouvoir de l’art en ces temps de crise et de conflit ». La ville de Donetsk, sous contrôle des séparatistes pro-Russes, a fait l’objet de bombardements de l’armée ukrainienne. Selon le quotidien britannique The Guardian, ce n’est pas le bâtiment principal qui a été touché, mais une annexe contenant les costumes.

Malgré la réserve affichée lors de cette conférence de presse à Saint-Pétersbourg, Anna Netrebko a posé pour une photographie en compagnie du leader séparatiste Oleg Tsaryov et du drapeau symbole de leur mouvement. Oleg Tsaryov a par ailleurs déclaré que « ce don est important pour nous, pas seulement pour l’argent, mais parce qu’il soutient notre cause ». Une déclaration qui a poussé la soprano à préciser : « la présence du drapeau n’était pas prévue (…) Je ne l’avais alors pas reconnu, et n’ai réalisé que plus tard ce qu’il représentait ». Prudence de la soprano peut-être motivée, comme l’évoquent certains médias, par la crainte de voir quelques portes d’institutions occidentales se fermer.

S’il est encore trop tôt pour connaître les répercussions de l’événement sur la carrière lyrique d’Anna Netrebko, il est d’ores-et-déjà certain que ses finances ne pourront plus compter sur Airlines Flies. La compagnie aérienne autrichienne, qui a réalisé une campagne de publicité avec la soprano, a fait savoir qu’elle ne souhaitait pas renouveler son partenariat, déclarant : « Nous préférons rester éloignés des positions politiques extrêmes et de l’utilisation de la violence armée ».

Le monde musical n’a pas tardé, lui aussi, à s’exprimer sur l’action d’Anna Netrebko. Dans une interview accordée au Deutsche Welle, le violoniste Gidon Kremer a vivement critiqué le don, qualifié « d’acte politique parfaitement conscient ». Il ajoute « les artistes devraient répandre la paix et l’harmonie. C’est une honte que l’une des plus belles voix au monde produise un bruit si incongru ».

Sur le même thème