Ali Rahbari démissionne de l’Orchestre symphonique de Téhéran et dénonce sa gestion

Le chef d’orchestre iranien Ali Rahbari a annoncé mardi 1er mars qu’il démissionnait de son poste de directeur général et chef de l’Orchestre symphonique de Téhéran. En cause : la gestion de la formation iranienne par la Fondation Rudaki.

Ali Rahbari démissionne de l’Orchestre symphonique de Téhéran et dénonce sa gestion
orchestre symphonique de téhéran mea

« J’ai toléré tous ces problèmes mais je n’ai aucun espoir de collaboration avec cette fondation amateur. Je préfère donc rendre ma démission et permettre aux musiciens de trouver une autre organisation dans laquelle ils pourront continuer leur carrière ». C’est par ces mots, rapportés par le Tehran Times, que le chef d’orchestre Ali Rahbari a annoncé son départ de l’Orchestre symphonique de Téhéran.

Cet orchestre, Ali Rahbari l’avait accompagné une première fois pendant quelques mois en 2005, le temps de diriger la neuvième symphonie de Beethoven, d’être vivement critiqué par les conservateurs, et de finalement démissionner après l’interdiction des musiques occidentales par le président Mahmoud Ahmadinejad. Après son élection en 2013, le président « modéré » Hassan Rohani avait demandé la reformation des orchestres iraniens réduits au silence par son prédécesseur : en mars 2015, Ali Rahbari a donc été chargé de la restauration de l’Orchestre symphonique de Téhéran.

Ali Rahbari dénonce aujourd’hui la fondation Rudaki (en charge de la gestion de l’orchestre) et son « manque de compétence en matière de gestion, son manque de connaissance de la musique classique, et ses experts amateurs responsables du départ de nombreux bons musiciens », notamment en raison de salaires non payés, et d’absence de contrats. Mais le chef iranien déclare également que l’orchestre de Téhéran doit être indépendant du pouvoir.

En novembre dernier, Ali Rahbari avait refusé que son orchestre interprète l’hymne national lors d’une compétition sportive, car les musiciennes de son orchestre n’étaient pas autorisées à entrer dans l’enceinte d’un stade.

Né à Téhéran en 1948, Ali (Alexander) Rahbari a quitté l’Iran en 1977 pour l’Europe. La même année, il remporte le Concours international des Jeunes Chefs d’Orchestre de Besançon. Deux ans plus tard, il est invité à diriger l’Orchestre philharmonique de Berlin puis devient, en 1980, l’assistant d’Herbert von Karajan au Festival de Pâques de Salzbourg. Chef principal de l’Orchestre de la Radio Finlandaise de 1988 à 1996, il a également fondé en 1997 l’Orchestre philharmonique international de Perse avec le concours de 60 musiciens iraniens comme lui partis d’Iran.

Sur le même thème