Adèle Charvet remplace au pied levé un soliste dans le Messie de Haendel à Radio France

Mardi 1er octobre, à l’Auditorium de Radio France, la mezzo-soprano Adèle Charvet a remplacé au pied levé le contre-ténor David DQ Lee qui ne pouvait plus chanter, en pleine représentation du Messie de Haendel. Elle était seulement venue assister au concert.

Adèle Charvet remplace au pied levé un soliste dans le Messie de Haendel à Radio France
Adèle Charvet, lauréate du prix d'honneur du Verbier Festival, © Radio France / Alice Pacaud

« J’ai rarement autant tremblé avant de monter sur scène ». Mardi 1er octobre, Adèle Charvet pensait simplement assister à une représentation du Messie de Haendel, un concert qui ouvrait la saison baroque de l'Auditorium de Radio France et dirigé par son ami, le chef Valentin Tournet, à la tête de La Chapelle Harmonique. Installée dans le public pendant la première partie, c’est cependant sur scène qu’elle a vécu la seconde. 

« Pendant l’entracte, je suis allée demander si tout se passait bien. On m’a répondu que pas du tout », raconte la mezzo-soprano. On lui explique alors que le contre-ténor David DQ Lee « ne peut plus chanter une note » et qu’il « annule tout ». Il faut donc le remplacer, et rapidement une solution s’impose : c’est elle qui montera sur scène. Pourtant, Adèle Charvet n’a jamais chanté le Messie, « je ne connaissais pas du tout la partition, je ne l’avais pas dans l’oreille ». Elle court donc retrouver le chef et part en coulisses déchiffrer la partition, à l’aide du ténor David Webb et de la violoncelliste Natalia Timofeeva. 

Il restait un air entier, un récitatif et un duo avec le ténor. « Audébut, avec le stress, je me trompais tout le temps en répétant, mais j’ai continué, c’était la seule solution », relate Adèle Charvet avant d'ajouter qu'elle a « le goût du challenge ». 

Après avoir déchiffré la partition pendant un quart d’heure, c’est les mains tremblantes que la mezzo-soprano entre en scène, « en jeans et t-shirt, au milieu de tous les chanteurs, super classes, habillés en noir ». 

Quelques palpitations cardiaques plus tard, la chanteuse a quitté la scène sous l'ovation du public, après avoir chanté pendant toute la seconde partie. « C’était une sacré aventure », conclut-elle, tenant à souligner la bienveillance et l’encouragement de tous les musiciens à son égard. Une aventure qui l’a tout de même tenue éveillée jusqu’à trois heures du matin, « impossible de m’endormir, j’étais trop pleine d’adrénaline ». 

Un concert enregistré par France Musique et qui sera diffusé le mardi 5 novembre à 20h.