L'exposition Comédies musicales à la Philharmonie, du côté des enfants

Une exposition immersive, c'est ainsi que la Philharmonie de Paris conçoit son exposition « Comédies musicales, la joie de vivre du cinéma », inaugurée le 19 octobre dernier. Est-elle propice à une visite en famille ?

L'exposition Comédies musicales à la Philharmonie, du côté des enfants
Catherine Deneuve dans Peau d'âne, réalisation Jacques Demy, 1970, © Michel Lavoix © Ciné-Tamaris

Plutôt qu'une exposition, on a l'impression de rentrer dans une salle de cinéma, lorsque l'on franchit le seuil de la nouvelle exposition Comédies musicales, la joie de vivre du cinéma, inaugurée le 19 octobre dernier à la Philharmonie de Paris. Dans un espace que le scénographe Pierre Giner a imaginé presque entièrement ouvert, nous sommes accueillis par Singin' in the rain qui résonne dans la pénombre. Projections, photos, affiches, la plongée dans l'univers du musical sur grand écran est immédiate : de Fred Astaire et Ginger Rogers à John Travolta, des Demoiselles de Rochefort, en passant par Grease à La la land, c'est un tourbillon de rythmes, chorégraphies, tubes et costumes flamboyants.  Au centre du dispositif, un mur de projection de 24 mètres de long, pièce maîtresse selon le commissaire, maître de conférences et réalisateur N.T. Bihn. 

« Nous avons imaginé une exposition immersive : puisqu'on présente la comédie musicale sur grand écran, l'idée était de plonger le spectateur dès l'entrée dans l'univers de la comédie musicale, encore plus que dans un cinéma. Un panorama de la diversité du genre à travers des scènes iconiques qui ont marqué l'histoire : musique, chorégraphie ou acteurs légendaires, mis en perspective et repris par de nombreux réalisateurs du cinéma hollywoodien. »

Mais plutôt que de suivre une chronologie, notamment pour la période faste du genre, entre les années 1930 et 1960, l'exposition se plonge dans les coulisses du musical filmé, en détaillant toutes les étapes de sa production :

« Ce que l'on voulait montrer, c'est la fabrique d'une comédie musicale, explique le commissaire. C'est à dire, dernière les paillettes qui brillent sur grand écran, tout le travail et toutes les contraintes qui font que c'est un genre à part. Différents aspects de la production d'une comédie musicale sont abordés dans des espaces autour de l'écran central : la naissance d'un costume, d'une chanson, d'un décor, d'une chorégraphie. C'est ce qui est passionnant dans le musical : ce sont des productions très complexes et très chères, tout y est très compliqué à faire et pourtant, elles aboutissent à une impression de spontanéité et de légèreté une fois sur grand écran.» 

Comment l'aborder avec les enfants ?

Avant d'entrer, l'exposition met à disposition des enfants les répliques des costumes tirés des comédies musicales qui ont marqué les générations, comme Les Demoiselles de Rochefort,Peau d'âne, Mary Poppins ou Chantons sous la pluie. « On commence la visite en se glissant dans un personnage, recommande Sophie Valmorin, chargée de la médiation jeune public et familles aux Musée de la musique. Les enfants vont ensuite en retrouver plusieurs dans le petit cinéma, une salle entièrement dédiée aux comédies musicales pour les enfants, de la Mélodie du bonheur à Mary Poppins, un répertoire que les parents ont probablement transmis à leurs enfants.» 

Outre les grands classiques, l'exposition revient sur les comédies musicales en dessins animés que les enfants ont pu voir au cinéma, comme le blockbuster Tous en scène, ou le très beau film français Un monstre à Paris. Mais c'est également l'occasion d'aborder les grandes questions qui parcourent l'exposition : « Les grandes thématiques de la comédie musicale sont abordées : la danse, le chant, l’arrivé du parlant et de la couleur au cinéma. On va aborder la voix de l’acteur pour un numéro chanté, mais aussi l’adaptation des paroles en français. Ils seront certainement curieux de savoir comment sont réalisés les effets spéciaux et les trucages, comme dans Mary Poppins, par exemple. Ils auront l'occasion de voir à l'oeuvre de grands acteurs, comme Fred Astaire, qui est cité dans les Aristochats. Et aborder le jazz, qui est la trame musicale de ce film,» détaille Sophie Valmorin.

Pour vérifier les connaissances, un quiz est à disposition des curieux à la sortie du cinéma pour les enfants. En récompense, un cours de claquettes auquel peuvent participer tous les membres de la famille, tous les mercredis avec le spécialiste de la discipline en personne, Fabien Ruiz. 

Et à la sortie de l'exposition, le selfie familial oblige, une mallette d'accessoires permettra aux parents de se déguiser avant de quitter la scène.

La Philharmonie de Paris programme plusieurs concerts autour de la comédie musicale. Toutes les informations disponibles ici.