A peine arrivée, la cheffe d'orchestre Ariane Matiakh quitte son poste à Halle

Cinq mois seulement après sa prise de fonction de directrice musicale de la Staatskapelle et de l'Opéra de Halle en Allemagne, la cheffe d'orchestre française Ariane Matiakh est déjà en négociations pour partir. Ce départ serait lié à un manque de temps pour se consacrer pleinement à son poste.

A peine arrivée, la cheffe d'orchestre Ariane Matiakh quitte son poste à Halle
A peine arrivée à la tête de l'Opéra et de l'Orchestre d'Etat de Halle, la cheffe française Ariane Matiakh est sur le départ, © Marco Borggreve

Mise à jour du 05/02/2020 : Un accord a été trouvé entre Ariane Matiakh et l'Opéra et Orchestre d'Etat de Halle pour mettre fin à son contrat de directrice générale musicale le 31 janvier 2020. L'institution allemande précise que la cheffe d'orchestre sera tout de même disponible pour diriger tous les concerts symphoniques prévus dans la saison en cours. 

A peine arrivée et déjà sur le départ. Selon les informations de la radio allemande MDR, Ariane Matiakh, 40 ans, serait en train de négocier sa démission de son poste de directrice générale musicale de l'Opéra et de l'Orchestre d'Etat de Halle (Saxe-Anhalt) alors qu'elle a pris ses fonctions à l'automne dernier. Parmi les raisons invoquées, la cheffe d'orchestre française souhaiterait se dégager du temps pour se consacrer à de nouveaux projets. 

Pour l'instant, ni la principale intéressée, ni son agence, ni l'Opéra et l'Orchestre de Halle n'ont commenté la décision. Sa volonté de partir n'a pas du être appréciée du côté de la municipalité de la ville, qui plaçait beaucoup d'espoir en Ariane Matiakh pour « poursuivre et enrichir la longue tradition baroque de la ville de Haendel » relate la radio allemande. 

La cheffe française a en charge la direction de trois départements : la Staatskapelle, orchestre symphonique, le Haendelfestspielorchester, ensemble spécialisé dans la musique ancienne qui joue sur instruments anciens, et l’Opéra de Halle. Elle est la première femme à occuper ce poste. Selon le journaliste anglais Norman Lebrecht, son emploi du temps trop chargé l'empêchait d'être suffisamment présente pour mener à bien sa mission. Absence remarquée et mal vécue en interne.