5 questions au baryton Guillaume Andrieux, Révélation des Victoires de la musique classique 2016

Chaque année, l’Académie des Victoires de la Musique Classique nomme trois artistes dans la catégorie "Révélation Soliste instrumental" et trois artistes dans la catégorie "Révélation Artiste lyrique". Guillaume Andrieux fait partie des 6 candidats sélectionnés dans cette catégorie des Révélations. Nous avons posé 5 questions à ce jeune baryton.

5 questions au baryton Guillaume Andrieux, Révélation des Victoires de la musique classique 2016
Avant de devenir chanteur, Guillaume Andrieux a hésité avec la musique et le sport ©GDecalf/RadioFrance

France Musique: Peux-tu te présenter ?

Guillaume Andrieux : Je suis baryton, j’habite à Paris et suis originaire de Lyon. J’ai commencé à 7 ans la maîtrise à l’opéra de Lyon où je suis resté pendant 7 ans. C’est à ce moment là que je me suis familiarisé avec la musique classique et l’opéra. Ensuite, j’ai chanté mes premiers rôles de solistes… Et j’ai un peu attrapé le virus, même si ce n’était pas ce que je comptais faire plus tard à cette époque. Puis j’ai continué en entrant au conservatoire de région à Lyon, puis à Paris.

Comment as-tu su que tu allais devenir chanteur ?

Je devais avoir 17 ans, je me suis dit que c’était ça que j’aimais vraiment faire. J’hésitais entre le sport, que je pratiquais beaucoup à l’époque avec du tennis, de l’athlétisme, du football et de la danse avec des claquettes et du modern jazz, mais finalement c’est la musique qui a pris le dessus.… Humainement aussi j’ai rencontré des personnes qui m’ont aidé. Comme lorsque je suis rentré dans un choeur de jeunes. Il existe peu de structures pour les jeunes garçons qui viennent de muer et la chef de choeur m’a fait énormément confiance. C’est quelque chose qui m’a plu au niveau de l’ambiance et de la musique.

Quelles sont tes inspirations ?

J’ai une affection particulière pour Stéphane Degout, baryton lyonnais que j’ai connu quand j’étais à la maîtrise à 12 ans,il m’a énormément inspiré par sa gentillesse, son humanité, et par sa voix et sa musicalité.

As-tu des projets qui te tiennent à coeur cette année ?

Je reprends le rôle de Pelléas dans Pelléas et Mélisande à l’opéra de Toulon. C’est un opéra qui me tient beaucoup à coeur, c’est presque un rêve de faire ce rôle là. Plus je le joue, plus je constate la chance que j’ai de pouvoir le chanter.

Quel est ton coup de coeur musical du moment ?

J’aime énormément le jazz et les années 20, donc je dirais plutôt du Gershwin ou du répertoire français des années folles.

Vidéos

Concert des Révélations - Victoires de la Musique Classique 2016
Enregistré Jeudi 7 janvier 2016 au studio 105 de la Maison de la Radio

Mozart : La Flûte enchantée, « Papageno, Papagena »

Ravel : Les Histoires naturelles, « La pintade », n°3

Lehar : La Veuve joyeuse, « Pardonne-moi chère Patrie »